Home / Maroc / Saâdia Mokere à la reconquête du bonheur de vivre 

Saâdia Mokere à la reconquête du bonheur de vivre 

Visibles ou invisibles,  faits d’actions simples ou complexes,  les œuvres de la plasticienne Saâdia  Mokere, vivant et travaillant à  Marrakech, dans leurs processus artistiques donnent  lieu à des propositions intrinsèquement contemporaines, dans une sorte d’impermanence atemporelle, de temps étiré.  Son oeuvre, c’est  aussi  le fruit de plusieurs années de travail et de recherches. 
 
Saâdia Mokere
Saâdia Mokere

Cette native de Safi dévoile au public son univers intime, fait de rêves fugaces et de poésie impalpable.  Cette expérience, elle l’a partagée un peu partout au Maroc, comme à  l’étranger, à travers plusieurs expositions et rencontres d’art. Et c’est cette même quête renouvelée de styles, de couleurs, de formes et de lumières que l’artiste-peintre nous donne à voir  et apprécier  aujourd’hui  dans ses travaux récents.

 
Furtive, incisive et juste, la touche de Saâdia Mokere nous introduit directement dans son univers pictographique où elle donne libre cours à sa sensibilité. Décidément,  ses oeuvres  sont des sortes de fenêtres ouvertes sur des paysages heureux, des pays sages, tout droit sortis du mental de l’artiste pour ravir le regard du spectateur. Cette recherche du Beau, recherche constante, malgré les vicissitudes de la vie, est amplifiée, à y voir de plus près, grâce à des techniques et styles mêlés  notamment le figuratif et l’abstrait. 
 
Toujours à la recherche du beau et un certain goût du bonheur,  ses œuvres défilent sous nos yeux, des formats différents qui forment un tout cohérent et qui définissent bien le caractère et le style de l’artiste. Cette quête et reconquête du bonheur de vivre et de découvrir les choses de la vie est le propre de l’univers de notre plasticienne quand il est possible de découvrir le patrimoine artistique et culturel du monde à travers ses nombreuses richesses humaines aussi. Celles de la citoyenneté et des libertés que les vrais artistes s’autorisent à conquérir même par la force. La force ? Oui, le chemin intérieur et la force de l’imaginaire qui plane au-dessus des misères du monde?
 
Comme tant d’autres artistes à travers le monde, Saâdia  a cette envie d’accomplir son destin jusqu’au bout. Elle cultive son jardin des merveilles avec la même frénésie.  Elle nous fait ainsi voyager à travers ses œuvres  presque sans mot dire, pour nous faire découvrir le monde tel qu’elle le ressent, goutte, pense, voit et perçoit. C’est un art qui vise à produire un agrément instantané chez son récepteur, dans ce cas, à travers des langages picturaux immédiats, récréatifs.
 
N’avoir besoin que de l’évasion, dans la solitude pour trouver le bonheur. Une expérience rare, mais porteuse, dans la manière de vivre et de penser l’art, chez cette artiste peintre inclassable pour qui la lumière et la couleur sont de véritables compagnons d’un long parcours commencé il y a de longues années  et pas des moindres. Sa peinture aux nombreux effets abstraits auxquels  l’appui presque exclusif sur la couleur n’empêche jamais sa vision de rester celle d’une philosophe sous-jacente. 
 
Ses nouveaux travaux promènent notre regard entre des  abstractions exubérantes de couleurs et de poésie et une série dans les nuances où des corps à corps surgissent à peine pour indiquer le sublime et le beau chez cette plasticienne chevronnée de par ses rythmes et de perspectives.
Les grandes lignes de ces dialectiques de l’attraction des consciences permettent de concilier l’intention pour soi et le statut conféré par autrui. Ainsi, examiner les œuvres de Saâdia Mokere, de ce point de vue, nous permet d’apercevoir les conditions de production, de diffusion, de réception des œuvres d’art abstrait dans ses états et d’y exercer un esprit critique.
 
Sans lassitude aucune, elle continue à laisser aller son inventivité́ et à créer de singulières toiles. Peindre est pour elle un moyen d’évasion, d’expression et de partage. Son art est en mouvement, en effervescence et remet constamment en cause les règles établies. Si le talent est essentiel, il n’est pas le seul paramètre, un artiste peintre est reconnu s’il apporte une nouvelle vision quitte à bousculer les codes et perturber les habitudes visuelles du spectateur/récepteur. Et en cela, Saâdia excelle.
 
 Impressionnantes parfois bouleversantes, ses toiles capturent l’attention, séduisent et trouvent preneur au-delà̀ des frontières. Toutes ses peintures, sans exception, sont des œuvres uniques où rêver, voyager, émouvoir sont les fondements de son art abstrait  qui relève véritablement d’une passion à travers des couleurs, des textures, des reliefs et des supports qu’elle enfante. Chez elle, l’empathie, l’imagination et le sens de la créativité́ sont indispensables. Le spectateur/récepteur doit ressentir ce qu’elle a voulu transmettre comme émotions et introspections.
 
C’est d’ailleurs ce qui fait toute la beauté́ de son art non-figuratif  qui lui permet de créer l’histoire qu’elle veut au sein de l’œuvre et de la partager. Elle rompt ainsi avec la représentation des objets physiques pour nous montrer une autre facette de l’essence de l’art abstrait qui vient du cœur et de l’âme. Le tout avec une forte imagination et un bon sens de la créativité́  qui dépassent le cadre usé de la création. 
Une fois qu’elle aura  exploité tout ce que son savoir pourra lui apporter, elle épure les formes et les figures en les rendant minimalistes pour arriver à ce résultat : le trait est simplifié et la vision d’une réalité́ personnelle. Elle cherche surtout à exprimer son ressenti de façon plus substantielle et moins ou nullement académique.  
 
Dans les travaux de cette artiste peintre inspirée, l’esthétisme est différent, il est transfiguré. Elle nous propose des formes et des couleurs de façon totalement libre et dénudées de tous codes. C’est un symbole de liberté́ d’expression où l’exigence et la maitrise de l’art pictural sont bien là.
Il faut dire que le travail plastique de cette plasticienne  est un processus synthétique de création où elle met au service de l’œuvre en devenir ce que la vie lui inspire, ses savoir-faire, ses compétences de créatrice, ses compétences humaines ainsi que l’ensemble de ses expérimentations.
 
L’acte de peindre, le contact physique avec la toile lui plait intensément, et elle se garde aussi la liberté de modifier certaines formes ou couleurs au cours de la réalisation. Comme ce n’est que lorsqu’elles sont parfaitement saturées qu’elle est satisfaite, elle les pose en plusieurs couches.
Saâdia  laisse alors parler son pinceau et prend pied sur le continent des images dans les images qu’elle n’a eu de cesse par la suite d’explorer avec gourmandise et curiosité. C’est ce qui en fait sa singularité. 
AYOUB AKIL

About Rédaction

Check Also

Haj Attar

Haj Attar, un passionné d’agriculture nous quitte

C’est avec une grande tristesse que nous vous annonçons le décès de Haj Attar, ingénieur ...