Home / Afrique / Quand l’Afrique se met à l’agriculture 4.0 

Quand l’Afrique se met à l’agriculture 4.0 

l’agriculture Les drones, les satellites, les systèmes d’information géographique, les stations météorologiques et les analyses de pointe sont quelques-unes des technologies les plus prometteuses utilisées pour fournir des solutions aux défis de l’agriculture en Afrique : telles sont les conclusions tirées des profils agricoles numériques conjoints réalisés par la Banque africaine de développement (www.AfDB.org), l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Groupe consultatif international pour la recherche agricole (CGIAR) dans trois pays africains.  

Les profils, qui couvrent la Côte d’Ivoire, le Rwanda et l’Afrique du Sud, dressent la carte des défis et des possibilités d’une adoption à grande échelle de technologies numériques innovantes dans le secteur agricole. Outre la technologie numérique nationale et le cadre politique, les demandes des utilisateurs portent sur les chaînes de valeur et les services et applications agricoles numériques disponibles. Les profils examinent également les principaux obstacles à l’adoption ainsi que les technologies numériques avec le plus grand potentiel pour transformer le secteur agricole en Afrique.  

«Dans l’avenir, l’agriculture sera activée par les données. Les approches classiques de la production alimentaire ne sont plus en mesure de suivre la demande de l’Afrique en matière de systèmes alimentaires en croissance rapide ainsi que l’impact du changement climatique sur l’agriculture, a constaté Martin Fregene, directeur chargé de l’Agriculture et de l’Agro-industrie à la Banque africaine de développement. Les innovations technologiques et la numérisation offrent la possibilité de transformer l’agriculture africaine pour dégager des rendements plus élevés, augmenter la valeur ajoutée et assurer la production d’aliments plus nutritifs à une plus grande échelle. Les profils agricoles numériques donnent un aperçu de la façon dont un pays se positionne dans ce processus de transformation.»  

La série est basée sur le concept des profils nationaux de l’agriculture intelligente face au climat élaborés dans le cadre du programme de recherche du CGIAR. La méthodologie a été conçue en étroite collaboration avec le Groupe de la Banque mondiale. Les applications de la technologie numérique dans l’agriculture sont multiples. Par exemple, en utilisant des données satellitaires, les agriculteurs peuvent surveiller la santé des cultures, la qualité des sols et l’utilisation de l’eau et des engrais. Les détecteurs, l’automatisation et l’apprentissage par les machines, permettent d’adapter des opérations agricoles plus précises à des lieux et des conditions spécifiques.  

Les systèmes de paiement numériques, l’assurance indexée et les plateformes mobiles aident à connecter les agriculteurs aux marchés et aux services financiers. « La transformation numérique de l’agriculture est comme un train circulant à vitesse élevée : nous devons donc nous assurer que les petits agriculteurs, les femmes et les jeunes ruraux bénéficient de ces technologies. Les profils donnent aux institutions de financement internationales et nationales, aux décideurs politiques et aux investisseurs publics et privés un aperçu rapide et fiable, du paysage numérique d’un pays, ainsi que des contraintes et possibilités principales en matière de politiques et de solutions numériques qui s’offrent à lui », a déclaré Mohamed Manssouri, directeur du Centre d’investissement de la FAO. 

About Rédaction

Check Also

Guinée équatoriale

IDE : La Guinée équatoriale veut séduire les Chinois

INDUSTRIE – La Chambre africaine de l’énergie organisera les 2 et 3 juillet 2019 au Kempinski Hotel Beijing un forum ...