Home / Maroc / Dounia El Hajjaji: un univers pictural philosophique transcendentaliste

Dounia El Hajjaji: un univers pictural philosophique transcendentaliste

Poétique, palpitant, merveilleux, éclatant, lumineux….C’est un carnaval diversifié de silhouettes auquel nous invite l’artiste-peintre marocaine Dounia El Hajjaji. En somme, les œuvres de cette doctorante, native de Fès en 1987 où elle vit et travaille, déroutent, interrogent, dégagent de la poésie et de la spiritualité. Elle bouscule, malmène et renverse le sens commun des choses pour arriver à leur signification profonde. Ce qui explique la ferme volonté de cette plasticienne dans l’âme de ne jamais s’en tenir des explications superficielles et d’aller plutôt au-delà des vues conventionnelles vers des réalités intérieures.

Dounia El HajjajiPinceau à la main, Dounia se crée des évasions, des espaces de liberté et de jouissance, au cœur de ses recherches approfondies, ses illuminations philosophiques et poétiques hautement spirituelles. Sa peinture se veut aussi le reflet de son vécu, sa propre vie. Ainsi, le songe qui s’avance de prime abord masqué offre soudain alors le visage du réel. D’où la consistance de son œuvre qui communique avec toute l’humanité sans rester une digression dans l’histoire.
Mais au-delà des mots, ce qui reste de cette approche, c’est le plaisir évident de peindre, de suggérer des émotions et des sentiments, au fil desquels se profilent une histoire, une expérience parvenue à maturité, dont on saisira le sens plénier en sachant faire le silence en soi. Pour s’en apercevoir, il suffit de contempler ses œuvres abordant la question de l’être humain, sa condition, son existence et son regard.
Ici, point n’est besoin de l’infini des mots pour entrer en poésie, le pinceau vaut plume raffinée et grandiose, abordant un monde qui nous subjugue. C’est ce que l’on retient aussi de ses œuvres qui se prononcent comme un parfait mariage entre narration et peinture dans un procédé toujours à réinventer. Elle suscite ainsi le questionnement chez l’observateur sur la nature de cet être humain, son exclusion, ses malheurs, son aliénation ainsi que le regard que porte la société sur lui. Or, elle nous présente des œuvres dans lesquelles elle a pris soin d’introduire ses songes, ses réflexions, ses visions, ses convictions qui nous plongent tout droit dans le cœur de son univers somptueux. Un cosmos intime, fait de rêves fugaces et de poésie impalpable doublés d’une approche philosophique transcendentaliste.

Dounia El Hajjaji
 

Sur le plan vertical, les étages superposés de la peinture réinterprètent continuellement, de toile en toile, cette vision de cette histoire humaine sertie par la vitesse des touches obliques tantôt lentes, tantôt rapides, tantôt étales, tantôt fébriles. Cela s’opère aussi par le changement d’atmosphère induit par le changement des tonalités chromatiques dominantes chaudes ou froides.
Sur le plan horizontal, chaque tableau se présente comme une coupe dans une bande passante au déroulement infini, un arrêt sur image, à tel moment, dans le film du temps. La dimension verticale délimite l’espace, la dimension horizontale illimite le temps avec son absence de bornes latérales qui suggère que ce qui se déroule sur la toile n’est qu’un spécimen, dans l’instant présent, de ce qui se déroule hors-toile dans les deux directions gauche et droite, passé et avenir, libre à l’imagination de le prolonger indéfiniment.
Le regard à l’œuvre de Dounia El Hajjaji découvre alors des silhouettes suggérées qui évoluent si librement dans l’espace. Suggérées car les formes restent avant tout allusives, comme si les êtres devaient se fondre avec la nature, dans une harmonie qui exclurait toute vaine tentative de domination. Elle s’inspire de sujets oniriques mais ses œuvres restent cependant fidèles à la réalité de formes. Chaque touche de couleurs s’inscrit dans le feu d’un arrangement presque mathématique où elle contribue à donner toute son intensité. Cette lumière diffuse délicate l’ensemble de la toile où chacune des couleurs répond à son autre dans et par un dialogue qui se tisse telle une trame savamment réfléchie ne laissant rien au hasard.
Ses choix se font par impulsions : elle reste au plus près de ses formes qu’elle veut souples, variées et irrégulières, les plaquant sur les contours de son modèle, parfois sorti tout droit d’un rêve. Mais quand viennent les couleurs, sa liberté se débride. Ici, aucune règle et surtout pas de fonction descriptive ou narrative. Le chromatisme vif et contrasté de ses peintures ne dépend que des rapports des tons entre eux, selon les surfaces qu’ils animent, de manière totalement subjective.
C’est dans son silence acharné, sa mystique abrupte et l’instinct de la transcendance que notre artiste a su puiser dans son génie, sa passion du jaillissement et son sens inné de créer l’union dans la diversité et donc une harmonie dans les contrastes. Aboutissement : une œuvre riche qui dépasse le jeu des formes, des apparences, pour recueillir ce qui est au cœur des choses, l’esprit du concret.
Bref, regarder les œuvres de Dounia El Hajjaji, c’est aussi rencontrer la sincérité et une certaine conviction qui ne nous laissent pas insensibles. Toutefois, son génie est de toujours réussir à rester dans le vrai et la justesse des émotions, tels qu’on les ressent, lorsqu’on se laisse envahir par son univers plastique fourvoyant à plus d’un titre.

Ayoub Akil

About Rédaction

Check Also

Said Pipo

Said Pipo lance la Grande fête nationale dédiée aux enfants à Tanger

Après le franc succès de ses précédentes éditions tenues à Mohammedia, la Grande fête nationale ...