Home / Afrique / Zahra Bouchrita, créatrice de saveurs 

Zahra Bouchrita, créatrice de saveurs 

PORTRAIT – Animée d’une vive passion pour l’art culinaire marocain, d’un amour du terroir et d’un style jeune et moderne, la marocaine Zahra Bouchrita n’a pas tardé à se faire un nom dans le monde de la gastronomie au pays des mille collines, particulièrement à Kigali, la capitale rwandaise.  

Zahra BouchritaA peine quelques mois après l’ouverture de son restaurant « Marrakech », situé au cœur de Kigali, la jeune Cheffe aux doigts de fée a réussi à faire sensation dans ce pays est-africain grâce à ses mets marocains qui, aussi copieux que délicieux, conservent saveurs et authenticité. C’est son attitude amicale, sa simplicité, son dynamisme, son sourire chaleureux et ses plats originaux qui rendent son très renommé Marrakech aussi populaire parmi les amateurs de la cuisine marocaine dans un pays presque monopolisé par la cuisine occidentale et asiatique. Diplômée de l’Institut Des Compétences Hôtelières (ICH) d’Agadir, cette native de la ville de Sidi Yahya El Gharb a déménagé au pays des mille colline en 2017 avec son mari pour prendre les commandes d’un luxieux Hôtel à Kigali, avant de décider, après une année, d’ouvrir son propre restaurant marocain afin de « faire découvrir autre chose aux Rwandais ». « La cuisine est une passion mais aussi une émotion qui facilite la rencontre et l’échange. C’est l’un des meilleurs outils diplomatiques pour connaître et découvrir une culture différente », a confié Zahra.

Agée à peine de 35 ans, cette jeune ambassadrice de l’art culinaire marocain, qui voue un engouement immodéré pour la gastronomie de son pays d’origine, a mis l’accent sur le potentiel de la gastronomie en tant que vecteur d’influence et une manière de partager et de tisser des liens entre les peuples. Cette ancienne gouvernante d’un hôtel à Essaouira aborde la cuisine avec beaucoup de délicatesse et d’aisance, animée par l’enseignement reçu dans son jeune âge par une mère expérimentée en cuisine marocaine. « Quand j’avais 12 ans, ma mère m’a montré le secret de mélanger différents ingrédients pour faire différents goûts. Je suis tombée tout de suite amoureuse de cette passion qui représente pour moi un langage et un marqueur d’identité et de tradition », a-t-elle révélé. A ses yeux, la cuisine est plus que des plats et des recettes, c’est « une source d’amour et un moyen efficace pour rapprocher davantage les peuples éloignés géographiquement ». « Je cuisine avec mon cœur. Quand mes clients savourent mes plats, ils savent que j’y mets beaucoup d’amour. Quand vous cuisinez avec passion, les gens peuvent le sentir », a poursuivi cette mère bienveillante, portée par sa curiosité gourmande et une exigence du travail bien fait.

Evoquant la place qu’occupe l’art culinaire marocain dans la cuisine mondiale moderne, elle a rappelé que la gastronomie marocaine est classée parmi les meilleures au monde, relevant qu’elle tire son importance des techniques ancestrales qu’elle a su conserver à travers les temps. « La cuisine marocaine est remarquablement distinguée des autres cuisines du monde par ses plats spécifiques et cérémonieux, tels que les couscous, le Méchouii, le tajine la Bastella« , a jouté la cheffe de cuisine. Abordant la Journée internationale des femmes, elle a souligné que « le 8 mars constitue une fierté pour la femme et l’occasion de célébrer les succès stories réalisées par la Gent féminine », se disant fière de voir de nombreuses femmes marocaines se distinguer dans divers domaines sur la scène nationale et internationale. Zahra compte parmi ses clients un grand nombre d’expatriés à Kigali de différentes nationalités, ainsi que des cadres diplomatiques et des professionnels de la restauration, outre les Rwandais ayant un faible pour les mets marocains.

(Avec MAP)

About Rédaction

Check Also

khlas Raji

Ikhlas Raji, le succès comme style de vie 

PORTRAIT – Ikhlas Raji, est le modèle de la femme marocaine qui a su surmonter, avec succès, ...