Littérature

Yasmine Chami, lauréate Prix de la littérature arabe 2017

Yasmine Chami, lauréate Prix de la littérature arabe 2017
  • Marocains partout
  • 13 Septembre 2017 - 09:06
  • Rédaction

Yasmine Chami a reçu le Prix de la littérature arabe 2017, décerné par l’Institut du monde arabe et la Fondation Jean-Luc Lagardère, pour « Mourir est un enchantement », ex æquo, avec l’écrivain syrien Khaled Khalifa pour «Pas de couteaux dans les cuisines de cette ville». Une consécration pour cette historienne, diplômée d’Anthropologie à La Sorbonne. Après ses études universitaires, elle rentre à Casablanca où elle dirige un vaste cycle de reportages télévisés sur la société marocaine en s’intéressant plus particulièrement au rôle et à la place des femmes. Mère de deux enfants, divorcée dès leur toute petite enfance, Yasmine Chami enseigne aujourd’hui à Casablanca.  « Mourir est un enchantement » est un roman un roman qui se lit avec envie, passion et émotion.

L’héroïne de « Mourir est un enchantement » est Sara, une femme marocaine de quarante ans. Fragilisée par un diagnostic médical inquiétant, elle s’installe sur un canapé, choisissant peut-être de prendre le temps de vivre. Là, tendrement entourée de ses deux fils, Sara se livre au plaisir de redécouvrir le contenu d’un grand sac de toile dans lequel se trouvent pêle-mêle toutes ses photos de famille. Dès lors s’imposent les visages de ses parents, de ses oncles et tantes, ces jeunes gens des années soixante-dix aussi beaux que déterminés au bonheur dans ce pays qui se trouvait pourtant à l’orée d’un basculement irréversible. Viendront ensuite ses cousins et son frère – ils ont huit ou dix ans – dans un jardin, posant avec elle sur un muret en plein soleil, ou au couchant en bord de mer.

 

Tant d’images, de lumières et d’impressions subtiles figées pour l’éternité. Tant de portraits riches de singularités conjuguées que Sara réanime en éclairant leur vulnérabilité et leur aveuglement face à ce pays tant aimé qui ne cessait pourtant de subir les violences des enjeux de pouvoir. Un roman d’une rare élégance, sur une constellation familiale qui a rassemblé, au cœur des conflits de l’Histoire, des hommes et des femmes dont l’acceptation profonde de l’humanité des autres a contribué à la création d’un univers éminemment particulier. Un livre où le combat des femmes s’éploie de l’intime à l’universel.

 

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...