Home / Maroc / Visa for Music se remet en scène 

Visa for Music se remet en scène 

Visa for MusicCONCERTS – Visa for Music revient du 20 au 23 novembre 2019 à Rabat pour une 6e édition qui s’annonce une fois encore éclectique. Attendus au palais Tazi, au théâtre national Mohammed V, au cinéma et au club Renaissance et dans d’autres lieux partenaires de l’événement, ils seront une cinquantaine à se relayer sur les différentes scènes. Artistes et DJs, ils ont été sélectionnés parmi plus de 800 candidatures parvenues du monde entier, explique l’équipe organisatrice dans un communiqué de presse. Parmi les Marocains sélectionnés : Jaylann, Soukaina FahsiAraw N Fazaz, Aziz Ouzouss, Hamza El FadlyLazywallNessyou, Sophia Charaï et Vala Wind. Au niveau des groupes et artistes qui vont représenter l’Afrique et le Moyen-Orient, différents pays seront au programme. Citons, entre autres, Ayloul (Jordanie), DJ Suraj (Kenya), DJAM (Algérie), Kader Tarhanin (Mali), Majaz (Bahrein), Natacha Atlas (Egypte), Teriba (Bénin), Rasha Nahas (Palestine).  

Il y aura également un groupe russe, Namgar, ainsi que Paco Renteria du Mexique, The Tune de la Corée du Sud, Addictive TV du Royaume-Uni et Yone Rodriguez d’Espagne. Création artistique Les artistes ont été sélectionnés par cinq personnalités de la culture et du monde de la musique. Il s’agit, selon la même source, de l’artiste et acteur culturel Amine Hamma (Maroc), du poète et programmateur de festivals Herman Kabubi d’Ouganda, des actrices culturelles Rania Elias de Palestine et Nathalie Mefe du Cameroun et du musicien et directeur artistique Imed Alibi de Tunisie. Depuis sa création en 2014, le festival Visa for Music a pour mission de mettre en valeur “la création artistique d’Afrique et du Moyen-Orient” dans les musiques du monde et musiques actuelles.  

Des showcases de 40mn sont destinés, en premier lieu, aux professionnels qui, à l’occasion, sont conviés à donner “à voir ce qu’ils font mieux et de plus représentatif de leur création, dans des conditions live en public”. Visa for Music compte, par ailleurs, organiser des speed-meetings pour donner “aux artistes des occasions privilégiées de présenter et promouvoir directement leur travail”. Parallèlement, des conférences sont au programme, ainsi que des ateliers pour artistes et acteurs culturels “émergents” et des formations. 

About Rédaction

Check Also

code pénal

CNDH : Et si enfin on désislamisait le code pénal…   

SOCIÉTÉ – L’affaire de la journaliste Hajar Raissouni, condamnée pour « avortement illégal » et « relations sexuelles hors mariage » ...