Tanger – Faro quand la méditerranéen n’est pas une frontière

  • Marocains partout
  • 21 Septembre 2017 - 08:47

Une exposition photographique intitulée «De Tanger à Faro: Les villes frontalières, le patrimoine en commun» a été inaugurée, mardi soir à la salle d’exposition de l’Institut Cervantès de Tanger, proposant aux Tangérois et visiteurs de la ville une plongée au cœur du legs historique et culturel des deux villes, marocaine et portugaise. Organisée à l’initiative de l’Institut Cervantès de Tanger en collaboration avec l’Ambassade d’Espagne à Rabat et l’Association des artistes interprètes d’Espagne, cette exposition, qui se poursuivra jusqu’au 6 octobre prochain, propose une cinquantaine de clichés réalisés par le photographe et chercheur en art, culture et développement local, Annafs Azzakia Ibn Sbih, visant à retracer la magie, l’esprit et la mémoire des villes de Tanger et de Faro, jumelées depuis les années 80.

M. Ibn Sbih a souligné que cette exposition s’inscrit dans le cadre d’un projet de recherche académique intitulée « vers une lecture transnationale des relations transfrontalières entre l’Algarve, l’Andalousie et la région de Tanger-Tétouan », menée par Mercedes Jiménez de l’Université de l’Algarve et l’Université Abdelmalek Essaadi, dans l’objectif de mettre en avant les spécificités culturelles et civilisationnelles de ces régions. Cette exposition constitue une plongée en image au cœur des deux villes frontalières à la découverte de la mobilité humaine, des relations économiques transfrontalières et de l’interdépendance de l’environnement, ainsi que de l’architecture qui déclare la sensation du commun, a précisé l’artiste photographe. « En visitant le Portugal, à travers ses espaces et artères, j’avais l’impression que je suis à Tanger. A ce moment-là, l’idée m’est venue de lancer cette initiative pour braquer les projecteurs sur le patrimoine culturel et artistique commun entre ces deux villes du pourtour méditerranéen », a-t-il dit avec enthousiasme.

Le directeur de l’Institut Cervantès de Tanger, Eduardo Calvo, a, lui, souligné que cette exposition s’inscrit dans le cadre de la programmation culturelle de l’Institut, et vise à promouvoir le rayonnement culturel de la ville du Détroit, renforcer le rapprochement culturel et civilisationnel entre le Maroc, l’Espagne et le Portugal et à mettre en valeur leur patrimoine commun. Le responsable a réitéré l’engagement de son établissement à promouvoir les valeurs universelles de paix et de tolérance, notant que les Tangérois ne peuvent que s’enorgueillir de l’histoire littéraire et culturelle de la ville, et sont ainsi appelés à préserver et à valoriser ce patrimoine historique en faveur des générations montantes.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...