Home / Edito / Raja : Rachid Andaloussi se veut l’architecte d’un avenir serein

Raja : Rachid Andaloussi se veut l’architecte d’un avenir serein

Mustapha Abou Ibadallah, Journaliste chroniqueur

Ceux qui connaissent Rachid Andaloussi savent que ce brillant architecte est un homme aussi compètent que courtois ! Il savent également que ce natif de Casablanca est un supporteur du Raja depuis sa tendre jeunesse.

S’il a fini par rejoindre le cercle des dirigeants du Raja c’est grâce à un cheminement naturel qui l’a mené, doucement mais sûrement au comité des Verts du temps de l’ex-président Abdelhamid Souiri. Homme discret mais efficace, ce talentueux architecte qui a mis sa griffe au théâtre de Casablanca et à l’académie du Raja agit plus qu’il ne parle. Cette force tranquille s’impose par son calme impassible ce qui a poussé les sages du Raja à faire appel à lui lors du comité provisoire constitue après le départ de Said Hasbane avant qu’il n’accède au poste de premier vice-président lors du mandat de Jawad Zyate.
Rachid AndaloussiCe dernier ayant démissionné pour des raisons personnelles et devant l’absence de tout candidat à la succession de l’ex-président, Rachid Andaloussi , selon le règlement, s’est trouvé par la force des choses dans l’obligation d’accomplir le devoir de prendre les destinées du club : « J’ai travaille avec le groupe de Jawad Zyate et je ne peux que m ‘en féliciter. Durant ce mandat de notre ami Jawad nous avons réalisé de belles choses dont trois sacres majeurs (Coupe de la CAF, Supercoupe d’Afrique et championnat ainsi qu’une demi -finale de la Ligue des champions, perdue dans les conditions que l’on connait et notre accession a la demi-finale de la coupe Arabe qui porte le prestigieux nom de SM Mohammed VI). Il était donc de mon devoir de dirigeant et de rajaoui de prendre la relève et de continuer cette belle aventure avec ce comité que je connais et que j’apprécie ».
Et Rachid Andaloussi de poursuivre : « Si la situation sportive est plus ou moins satisfaisante, celle des finances est préoccupante pour ne pas dire désastreuse. La pandémie – et donc l’absence du public – a grandement handicapé notre marche. Sans cet alea inattendu nous aurions épongé de nombreuses dettes et aurions allié succès sportif et financier. Maintenant, et étant donne la situation,  nous allons gérer les affaires à moyen terme. Notre objectif immédiat reste la Coupe Mohammed VI dont nous visons la finale qui pourrait renflouer les caisses du club et nous permettre d’éponger certaines dettes ».
Rachid Andaloussi tient par ailleurs à souligner que la nomination de Jawad El Amine au poste de secrétaire général n’a créé aucun problème au sein du comité qui continuera à travailler dans la sérénité. « La désignation d’Anis Mahfoud comme vice-président n’a absolument rien de dégradant comme veulent laisser entendre certains »,  conclut Rachid Andaloussi.

About Rédaction

Check Also

Quel monde post-Covid voulons-nous ?  

TRIBUNE LIBRE – A l’échelle mondiale, la lutte contre la propagation du Coronavirus prend diverses ...