Marche verte

Ce qu’il faut retenir du discours royal

Ce qu’il faut retenir du discours royal
  • Marocains partout
  • 07 Novembre 2016 - 11:19

Pour une première, c’en est une. SM le Roi Mohammed VI a prononcé son traditionnel discours du 6 novembre, célébrant la Marche verte, depuis la capitale sénégalaise Dakar, où il est arrivé dimanche en fin de journée en provenance de Libreville. D’entrée de jeu, le souverain est revenu sur l’amitié qui lie le Maroc au Sénégal, ce pays qui « considère la question du Sahara marocain comme étant sa cause nationale propre ». Le Roi Mohammed VI a ensuite abordé « la politique africaine du Maroc », qui « ne se limitera pas à l’Afrique occidentale et centrale ». « Nous veillerons plutôt à ce qu’elle ait une portée continentale, et qu’elle englobe toutes les régions de l’Afrique. C’est dans ce cadre que Nous avons effectué des visites au Rwanda et en Tanzanie, malgré le fait que les relations avec les Etats d’Afrique de l’Est n’étaient pas suffisantes, non pas par négligence ou par omission, mais pour des raisons objectives comme la langue, l’éloignement géographique et les différences de patrimoine historique ».

SM Mohammed VI a, par ailleurs, évoqué la « réintégration par le Maroc de l’Union africaine », qui « n’est pas une décision tactique, pas plus qu’elle n’a obéi à des calculs conjoncturels. Elle est plutôt l’aboutissement logique d’une réflexion approfondie (…) En tout état de cause, le Maroc est de retour pour retrouver sa place naturelle. Il dispose d’une majorité écrasante pour occuper son siège au sein de la famille institutionnelle africaine ». Après un passage sur la « problématique migratoire » et la question du changement climatique en Afrique, le souverain a consacré la dernière partie de son discours à la politique intérieure du royaume, notamment la formation du prochain gouvernement. Celle-ci « ne doit pas être une affaire d’arithmétique, où il s’agit de satisfaire les desideratas de partis politiques et de constituer une majorité numérique, comme s’il était question de partager un butin électoral. Le gouvernement, c’est plutôt un programme clair et des priorités définies concernant les questions internes et externes, avec l’Afrique au premier chef ».

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...