Home / Maroc / Quand le Reggae s’offre son festival  

Quand le Reggae s’offre son festival  

Reggae MUSIQUE – Après une première édition organisée à Témara, le Festival Panafricain de Reggae se tiendra cette année du 1er au 3 novembre 2019 à la Maison des Jeunes de Hay Salam et au REMESS (Réseau marocain de l’économie sociale et solidaire) de Sidi Moussa, à Salé. Cet événement musical, initié et mis en oeuvre par l’association interculturelle Bén O Bin, se veut comme un “festival itinérant qui se propose d’aller à la rencontre des différents peuples, cultures et musiques issus du continent africain, berceau de l’Humanité et de créer des synergies entre ces derniers”. Le Reggae, pour les organisateurs du festival, est “un moyen fédérateur” permettant d’arriver à l’idéal panaficain “en tant que musique positive d’émancipation des peuples et d’ouverture sur le monde entier”. Au programme de cette 2e édition de la musique bien sûr avec des concerts des groupes Roots Brothers (Reggae) et Roots Reggae Dub Sound System avec Submission 

Une exposition de photos et de sculptures, “Vivre Ensemble”, avec les artistes Selle Gilles Cédric et Khaoula Errahali Essamlal est aussi au menu. S’y ajoutent la projection d’un film sur le mouvement Rastafari, ou encore le “Souk Afrika” formé de “stands associatifs de valorisation des produits des coopératives artisanales africaines de la région Rabat-Salé-Kénitra”. Une parade des troupes de Baye Fall de Salé et chants Nyabinghi sillonneront, à l’occasion, les rues de la ville où des ateliers de découvertes interculturelles pour les enfants et des dégustations de saveurs d’ici et d’ailleurs seront aussi organisés. Pour la clôture, les organisateurs comptent organiser une table ronde sur la jeunesse panafricaine et le rôle du volontariat Sud-Sud dans la consolidation de l’unité africaine. Entrée libre pour toutes les activités, de 10h à 12h et de 16h à 20h. A la 1ère édition, environ 1200 personnes ont fait le déplacement pour vivre ce festival, d’après Yasser Benhar. 

About Rédaction

Check Also

code pénal

CNDH : Et si enfin on désislamisait le code pénal…   

SOCIÉTÉ – L’affaire de la journaliste Hajar Raissouni, condamnée pour « avortement illégal » et « relations sexuelles hors mariage » ...