Home / Maroc / Moussem de Tan Tan. Les mille et une «Esthétiques du désert»

Moussem de Tan Tan. Les mille et une «Esthétiques du désert»

Avec le soutien du Ministère de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication – Département de la Culture- et la Fondation Almouggar, et à l’occasion de la 16ème édition du Moussem de Tan Tan, l’Association des Amis du Musée de Tan-Tan organise la quatrième exposition d’art annuelle sur le thème «Esthétiques du désert », du 7 au 12 juillet 2023 dans le hall de la Chambre de Commerce, d’Industrie et de Services de Tan-Tan.

Moussem de Tan TanParticiperont à cette exposition les artistes invités à savoir : Hassan Moukdad, Rachid Bakhouz, Loubaba Laalej (Casablanca), Abdelkarim El Azhar (Azemmour), Slimane Drissi (Essaouira), Abdelhadi Mourid (Agadir), Mohamed Farkchi (Marrakech), Mohamed Farah (El Jadida), ainsi que des artistes des régions du Sud : Erragueb El Haissan, Ibrahim El Haissan (Tan Tan), Abdelbaki Raji-Ilah, Fatima Aijou, Jamila Omari (Laayoune), Nadif Ettayeb (Guelmim) et Mohamed Saboune (Sidi Ifni).
En parallèle de cette exposition thématique, et dans la salle des conférences de la Commune de Tan-Tan, seront célébrées les réalisations créatives des invités consacrés : l’artiste plasticien Hassan Moukdad et le chercheur en esthétique Driss Kattir. De plus, nous aurons le plaisir d’assister à la présentation et signature de l’ouvrage «L’Amour et l’Art » (en arabe et en français) de l’écrivaine et plasticienne Loubaba Laalej qui dédicacera son livre dans la salle des conférences de la Commune de Tan-Tan.
L’Association a organisé tout récemment , sous la direction du professeur d’arts plastiques Erragueb El Haissan, un atelier d’expression picturale au profit d’un groupe d’élèves de l’établissement Al-Mutanabi pour l’Epanouissement Artistique et Littéraire de Tan-Tan, à travers lequel les participants ont exprimé leur admiration pour l’esthétique du patrimoine culturel des nomades du désert. L’Association aménagera pour eux un pavillon spécial dans l’espace d’exposition pour présenter leurs œuvres, afin de motiver ces talents prometteurs,
Par ailleurs, l’Association publiera quatre brochures, composées de mini-monographies, pour chacun d’eux : le plasticien Hassan Moukdad, le chercheur en esthétique Driss Kattir, l’artiste peintre et écrivaine Loubaba Laalej, et le plasticien Mohamed El Mansouri Idrissi, l’un des invités de l’exposition. Ces livrets ont été conçus par l’artiste plasticien Rachid Bakhouz.
Aussi, à cette occasion, un beau catalogue de pièces moyennes, composé en quarante pages, conçu par l’artiste plasticien Abdelbaki Raji-Ilah, sera publié. Il comprend des biographies artistiques, des photos et des œuvres des artistes participants, ainsi qu’un texte introductif en arabe du critique Brahim El Haissan intitulé «Esthétiques du désert – le pari de l’art plastique local » (traduit en français par le critique d’art Abdallah Cheikh), dont voici un extrait :

«Nous estimons, quant à nous et avec la perception que nous en avons que les conditions créatives sont devenues (relativement) disponibles à l’établissement d’un discours esthétique avancé dans le désert, sous plusieurs conditions toutefois. En voici quelques unes : Accumulation de l’expérience, approfondissement de la recherche avec diligence, renforcement de l’infrastructure culturelle, exploitation des atouts touristiques locaux de manière compatible avec les trésors, les munitions et les richesses de la région désertique, et de nombreux témoignages matériels puisant dans les profondeurs de la civilisation et de l’Histoire…
Les œuvres choisies pour cette exposition approchent des aspects de l’esthétique bédouine du désert et soulignent leur importance dans diverses formes d’expression, figuratives et abstraites, dans lesquelles de nombreux styles et techniques picturales et plastiques non-conventionnels sont homogènes, révélant la présence d’artistes débordant d’espoir et d’enthousiasme. Et ce, de sorte que les couleurs, les symboles, les signes iconiques, les formes, les masses, les compositions et les matériaux jouissent de rythmes variés personnifiés dans certains tableaux et œuvres plastiques… et abstraits dans d’autres, parlant à plusieurs voix, frappants et tendus, en plus de l’émergence de nouvelles expressions plastiques qui puisent leurs racines dans l’art postmoderne».

Ayoub Akil

About Rédaction

Check Also

Pena Madridista

Tournoi de la Pena Madridista: la MDJS/ Darlamima remporte la 18e édition

Le rideau est tombé, samedi 1er juin, sur la dix-huitième édition du tournoi de La Pena Madridista de ...