La migration au cœur de la régionalisation

  • Marocains partout
  • 29 Mars 2017 - 10:24

Le ministère chargé des Marocains résidant à l’étranger et des Affaires de la migration a organisé le 28 mars 2017 à Rabat, son quatrième forum international de l’immigration. Une nouvelle page dans le processus de mise en application de la politique migratoire du Maroc qui, comme l’a souligné le ministre de tutelle Anis Birrou, se veut évolutive et participative. Evolutive car elle s’adapte. Participative car elle implique tout le monde, autorités, institutions, société civile médias et citoyens. Sous le thème « Quelle gouvernance locale pour les politiques migratoires », ce forum était une nouvelle occasion de partager les expériences et les idées, mais surtout de de mettre en lumière la portée considérable de la dimension locale dans le processus d’intégration des migrants dans les sociétés d’accueil.  « C’est en échangeant avec les autres qu’on parvient à dépasser les obstacles et à relever les défis même les plus difficiles », a précisé Anis Birrou.

La politique migratoire, adoptée par le Maroc sous les hautes instructions royales, se veut humaniste car elle met l’homme au cœur des préoccupations. Et tous les acteurs doivent se mobiliser pour une insertion effective des migrants au sein de la société. Ce qu’il ne faut jamais oublier, comme l’a d’ailleurs fait remarquer les participants à ce forum, l’immigration est surtout vécue au niveau local. Ainsi, la politique migratoire se doit d’intégrer le vaste projet de régionalisation avancée. C’est le grand défi de cette politique puisque comme l’a dit Anis Birrou, «la gouvernance locale constitue un maillon essentiel de la mise en œuvre démocratique de la stratégie nationale d’immigration et d’asile». « Les collectivités locales, compte tenu de leur mission, ont un grand rôle à jouer dans la réussite de la politique migratoire », a-t-il indiqué.

Il s’agit aujourd’hui de réussir l’intégration des flux migratoires, y compris dans les pays d’origine ou d’accueil, qui constituent un facteur essentiel dans le développement, ainsi que de déterminer leurs impacts positifs ou négatifs sur les défis territoriaux et de définir la place et le rôle des migrants dans le développement local, a affirmé le ministre chargé de la migration. « La gouvernance locale si elle augmente le caractère démocratique des politiques, complique en revanche la tâche des décideurs », notamment avec l’augmentation de la diversité des populations lors de ces dernières décennies, a fait remarquer M. Birrou.

Initié par le ministère chargé des Marocains résidant à l’étranger et des affaires de la migration, sous le haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, ce forum a jeté la lumière sur les approches et les acteurs de gouvernance locale des migrations, à un moment où le Maroc s’attelle à la territorialisation de sa stratégie nationale d’immigration et d’Asile. Cette rencontre a été l’occasion également de croiser les apports théoriques de la recherche en ce domaine avec les expériences d’autres pays et les efforts au niveau national, et de présenter les tendances actuelles et les enjeux de la migration internationale pour les villes et les régions, notamment en matière d’urbanisme, d’accès aux services et de vivre-ensemble.

 

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...