Home / Maroc / Migration : Benatiq plaide pour une gestion continentale

Migration : Benatiq plaide pour une gestion continentale

Benatiq «La gestion de la migration doit être consensuelle sachant que la migration, qui constitue un levier de développement, ne peut être gérée que dans le cadre d’une coopération Sud-Sud et afro-africaine». C’est en substance le message qu’a voulu faire passer, mercredi 5 décembre 2018 à Marrakech, le ministre délégué chargé des Marocains résidant à l’étranger et des Affaires de la migration, Abdelkrim Benatiq lors du 11e Forum mondial sur la migration et le développement (GFMD, Global Forum on migration and development). Car, comme l’a-t-il précisé, «le Maroc est convaincu, aujourd’hui plus que jamais, de la nécessité de passer à une gestion continentale du dossier de la migration, après avoir réussi la gestion nationale de cette question». Surtout que l’approche marocaine en matière de politique migratoire, inspirée de la vision clairvoyante de SM le Roi Mohammed VI, se veut responsable en prenant en considération avant tout la dimension humaine. Il ne s’agit pas d’offrir des cartes de séjour, mais surtout de mettre en place une politique d’accompagnement multidimensionnelle en vue de favoriser une intégration harmonieuse des populations à travers notamment l’accès aux services de base (santé, éducation, emploi) tout en identifiant les défis à relever.  

Ainsi, comme l’a souligné Abdelkrim Benatiq, la vision du Roi Mohammed VI, présentée dans un message royal adressé aux participants au 30è Sommet de l’Union africaine (UA), a été proactive et clairvoyante. Car, a-t-il dit, «la migration aide à construire un esprit de solidarité entre les pays africains». Aujourd’hui, a affirmé le ministre, l’agenda royal propose la création d’un Observatoire africain de la migration en tant que mécanisme scientifique d’accompagnement de ce phénomène, et qui ouvre la voie à la réflexion et aux actions proactives compte tenu de la complexité de cette question. Ce forum, comme l’a si bien dit M. Benatiq, représente une opportunité idoine pour renforcer la coopération entre les pays, étant donné que la gestion de la migration est un phénomène universel qui concerne tous les pays et continents sans exception, d’où la nécessité d’adopter une approche participative et consensuelle. 

Ce phénomène constitue l’une des problématiques les plus complexes du 21è siècle. En effet, 258 millions de migrants vivent à l’extérieur de leurs pays d’origine, soit 3% de la population mondiale et contribuent à la dynamisation de l’économie mondiale (soit 9% du PIB au monde). Organisé sous le thème « Honorer les engagements internationaux pour libérer le potentiel de tous les migrants pour le développement », le 11e GFMD marque la clôture de la coprésidence, deux années durant, par le Maroc et l’Allemagne de ce Forum. Un événement qui connait la participation de hauts responsables des gouvernements marocain et allemand, des ministres et des vice-ministres de toutes les régions du monde, ainsi que des centaines de décideurs et de praticiens représentant plus de 100 États membres des Nations Unies, la société civile, le secteur privé et d’autres organisations concernées. Les travaux de ce Sommet s’articulent autour de plusieurs thématiques qui seront examinées et se rapportant notamment à « tirer parti du potentiel que représentent les migrants en vue de renforcer la résilience », « adapter la gouvernance aux facteurs contemporains de la migration », « la participation des migrants à la prestation de services publics », « favoriser la mobilité régionales et la cohérence des politiques en faveur du développement » et « au-delà des envois de fonds : tirer parti de l’impact qu’ont la diaspora et les migrants sur le développement et promouvoir leur participation transnationale ». 

Meriem Lyoussoufi

About Rédaction

Check Also

Meriem Mezian

EXPO : Meriem Mezian, ci-gît et revit l’Art  

EXPOSITION – Du 13 au 29 décembre prochain à Casablanca, l’Exposition « Les mains qui voient» rempile ...