Conjoncture

Maroc : réduction du déficit budgétaire en novembre

Maroc : réduction du déficit budgétaire en novembre
  • Marocains partout
  • 27 Décembre 2016 - 09:54
  • MAP

Au Maroc, le déficit budgétaire s’est allégé de 5,9 milliards de dirhams (MMDH) à fin novembre 2016, s’élevant à 37 MMDH au lieu de 42,9 MMDH une année auparavant, selon la Trésorerie Générale du Royaume (TGR), relevant du ministère de l’Economie et des Finances. Cette évolution est attribuable à la baisse de 1% des dépenses émises au titre du budget général, pour s’élever à 269,2 MMDH à fin novembre, et à la progression des recettes ordinaires de 4,8% durant la même période à 189,6 MMDH, explique la TGR qui vient de publier son bulletin mensuel de statistiques des finances publiques (BSFP) de novembre 2016. En effet, les dépenses de fonctionnement émises se sont établies à 157,7 MMDH, dont 95,7 MMDH sont attribuées aux traitements et salaires qui ont augmenté de 2%, indique le bulletin, notant que les dépenses de matériels ont enregistré une hausse de 9,5% (32,9 MMDH contre 30,1 MMDH), alors que les charges communes ont baissé de 16,3% (29,1 MMDH contre 34,8 MMDH) sous l’effet d’une diminution de 43% des émissions de la compensation (9,5 MMDH contre 16,6 MMDH).

Concernant les dépenses d’investissement, elles se sont élevées à 51,7 MMDH au titre des onze premiers mois de 2016, contre 45 MMDH à fin novembre 2015, en hausse de 14,8%, portées par une hausse des charges communes de 36,7% et des dépenses des ministères de 4,9%, précise la TGR, soulignant que les dépenses d’investissement tiennent compte du versement aux comptes spéciaux du trésor d’un montant de 14,7 MMDH contre 9,2 MMDH à fin novembre 2015. Par ailleurs, les recettes ordinaires se sont établies à 189,6 MMDH à fin novembre 2016 contre 181 MMDH un an auparavant, en progression de 4,8%, relève la même source, expliquant que cette augmentation est due à une hausse des impôts directs de 5,8%, des droits de douane (18,2%), des impôts indirects (2,3%) et des droits d’enregistrement et de timbre (8,5%) et des recettes non fiscales (2,8%).

Quant aux recettes fiscales, elles ont été de 168,4 MMDH à fin novembre 2016 contre 160,3 MMDH la même période de 2015, affichant une hausse de 5%, fait savoir la TGR, précisant que cette évolution est le résultat d’une augmentation des recettes douanières de 6,1% et de la fiscalité domestique de 4,1%. S’agissant des recettes des comptes spéciaux du Trésor (CST), elles ont atteint 72,8 MMDH, indique le bulletin, ajoutant que ces recettes tiennent compte des transferts reçus des charges communes du budget général d’investissement pour 14,7 MMDH, de la rentrée de 4,5 MMDH au titre des dons des pays du Golfe et de 965 millions de dirhams (MDH) représentant la part de l’Etat dans la cession de 40% du capital de Marsa Maroc.

Les dépenses émises des CST ont, pour leur part, été de 61,4 MMDH, dont 49,1 MMDH au titre des comptes d’affectation spéciale, relève la TGR, faisant remarquer que le solde de l’ensemble des comptes spéciaux du Trésor s’élève à 11,4 MMDH. Selon le BSFP de novembre 2016, les recettes des services de l’Etat gérés de manière autonome se sont établies à 2,2 MMDH contre 2,3 MMDH un an auparavant, en diminution de 4,1% tandis que les dépenses émises ont été de 2,4 MMDH contre 1,7 MMDH à fin novembre 2015, en baisse de 4,1%. A fin novembre 2016, les recettes ordinaires ont été réalisées à hauteur de 90,7% des prévisions de la loi de Finances, alors que les dépenses ordinaires ont été exécutées pour 86,2% et les dépenses d’investissement ont été émises pour 85,9%. Ainsi, le taux de couverture des dépenses ordinaires par les recettes ordinaires a été de 103,5% à fin novembre 2016 contre 98,7% un an auparavant.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...