Malhounyat, un festival qui grandit…

  • Marocains partout
  • 12 Juin 2017 - 11:17

Le temps s’est arrêté une fois encore à Azemmour à l’occasion de la 7e rencontre internationale de l’art du melhoun, «Malhounyat 2017», qui a connu un franc succès. Plus de 20.000 mélomanes, de toutes les catégories sociales et de tous les âges, se sont déplacés à l’espace Braham Moulniss dans l’ancienne Medina, pour assister à plusieurs genres musicaux puisant dans l’authenticité du malhoun, du Haouzi et de la poésie. Ce n’est pas vraiment une surprise que Malhounyat atteigne un objectif record d’affluence puisqu’il s’agit de l’événement le plus couru de la ville d’Azemmour et de sa région, qui suscite chaque année davantage d’enthousiasme. La rencontre internationale d’Azemmour de l’art du malhoun évolue au fil des éditions, attirant à chaque fois plus de spectateurs.

Les murs historiques d’Azemmour ont vibré aux rythme de la musique sublime de l’orchestre de l’art du malouf algérien qui a ouvert le bal de cette 7e édition de la Rencontre internationale du Malhoun « Malhounyat » sous la direction de l’un des grands maîtres des chants de l’art du Malouf, Abbas Righi. Une pure musique andalouse maghrébine mariant luth, violon, qanûn et autres instruments « nobles », des poèmes authentiques sur l’amour du Prophète, le tout interprété par des artistes hors-pair à cette soirée inoubliable. L’autre star de la soirée du jeudi 1er juin, n’était autre que la jeune chanteuse marocaine Abir Abed, finaliste de l’émission « Arab’s Got Talent » qui a interprété avec talent et ferveur un art savant et subtil qu’est le malhoun marocain. La brillante prestation de la jeune chanteuse a conquis le cœur du public avec sa voix envoûtante et la variété et la vivacité du rythme accompagné de l’orchestre du maitre Mohamed Briouel, comprenant des meilleurs compositeurs du Melhoun.

La deuxième soirée a été marquée par les prestations inoubliables du Tunisien Allam Aoun et de Redouan Al Asmar. Puis, samedi, les voix féminines ont été à l’honneur avec Abir El Abed, Dyae Zniber de France, l’Algérienne Lamiae Aït Amara ainsi que Sanae Marahati qui ont enchanté un public conquis avec des prestations envoûtantes. D’ailleurs, les mélomanes ont resté jusqu’au bout du spectacle alors que l’aube pointait déjà. Les amateurs du Malhoun ont enfin assisté, dimanche 4 juin 2017, à un spectacle réunissant une pléiade d’artistes magrébins qui ont célébré avec brio ce patrimoine artistique ancestral. Ainsi, des figures emblématiques et porteuses du flambeau de cet art ont replongé les mélomanes, le temps d’une soirée, dans un passé lointain, à travers des musiciens talentueux comme les Algériens Abbas Righi et Lamiae Ait Amara, le Tunisien Allam Aoun et les Marocaines Fatimazahra Qortobi et Bayane Belayachi, entre autres.

La 7e rencontre internationale d’Azemmour de l’art du malhoun a aussi été marquée par la pose de la première pierre de Dar Al Melhoun, un édifice qui sera construit sur un terrain de 2000 m². Un espace qui se veut un berceau de talents à Azemmour, connue pour être l’une des villes du Malhoun. D’ailleurs, l’art du Malhoun a été et demeure un aspect heurtement riche enraciné dans la civilisation et la culture de la région d’El Jadida et Azemmour.  Avec le succès qu’a connu «Malhounyat 2017», les organisateurs se projettent déjà sur la prochaine édition qui, comme ils le promettent, envoutera certainement les inconditionnels du Malhoun de plus en plus nombreux d’année en année.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...