Home / Maroc / Loubna El Harrak: La sublime quête du beau

Loubna El Harrak: La sublime quête du beau

Pinceau à la main, l’artiste-peintre marocaine Loubna El Harrak fait apparaître dans la forme visible tous les gestes, actes, graphismes, traces, linéaments, surfaces qui peuvent constituer la peinture. Les capacités plastiques de cette autodidacte qui vit et travaille à Asilah, son développement et son travail acharné l’ont mené à une nouvelle liberté d’expression de sensibilité exquise à une exécution de vigueur étonnante. On y trouve un art essentiellement de belle race intuitif, car la couleur travaillée dans ses plus infimes nuances procure un jeu d’éclat subtil, velouté et tactile.

Loubna El HarrakJean Jacques Rousseau dit : «J’ai appris par ma propre expérience que la source du vrai bonheur est en nous». Et pas ailleurs. C’est avant tout cette liberté de créer que l’artiste-peintre Loubna aime et par laquelle elle se définit. Une expérience rare, mais porteuse, dans la manière de vivre et de penser l’art, chez cette plasticienne inclassable pour qui la lumière et la couleur sont les véritables compagnons de son parcours.

N’avoir besoin que de l’évasion, dans la solitude pour trouver le bonheur, Loubna rejoint l’idée rousseauiste dans ses Promenades d’un tableau à l’autre, comme des fenêtres ouvertes… Sa peinture aux nombreux effets auxquels l’appui presque exclusif sur la couleur n’empêche jamais sa vision de rester celle d’une philosophe sous-jacente. Ses nouveaux travaux réalisés à l’acrylique promènent notre regard entre des impressionnismes exubérants de couleurs et de poésie et une série dans les nuances où des corps à corps surgissent à peine pour indiquer le sublime et le beau chez cette plasticienne talentueuses de par ses rythmes et de perspectives.

Décidément, ses œuvres sont tout droit sorties du mental de l’artiste pour ravir le regard du spectateur. Cette recherche du Beau, recherche constante, malgré les vicissitudes de la vie, est amplifiée, à y voir de plus près, grâce à des techniques et styles mêlés notamment l’impressionnisme et l’expressionnisme. Toujours à la recherche du beau et un certain goût du bonheur, ses œuvres défilent sous nos yeux, des formats différents qui forment un tout cohérent et qui définissent bien le caractère et le style de l’artiste. Cette quête et reconquête du bonheur de vivre et de découvrir les choses de la vie est le propre de l’univers de notre plasticienne quand il est possible de découvrir le patrimoine artistique et culturel du monde à travers ses nombreuses richesses humaines aussi. Celles de la citoyenneté et des libertés que les vrais artistes s’autorisent à conquérir même par la force. La force ? Oui, le chemin intérieur et la force de l’imaginaire qui plane au-dessus des misères du monde?

Loubna El HarrakLes grandes lignes de ces dialectiques de l’attraction des consciences permettent de concilier l’intention pour soi et le statut conféré par autrui. Ainsi, examiner les œuvres de Loubna, de ce point de vue, nous permet d’apercevoir les conditions de production, de diffusion, de réception des œuvres de l’art abstrait dans ses états et d’y exercer un esprit critique.

Quant à ses choix, ils se font généralement par impulsions. Dès lors qu’une représentation lui plait assez pour l’inspirer, elle reste au plus près de ses formes, qu’elle veut souples, variées et irrégulières, les plaquant sur les contours de son modèle. Mais quand viennent les couleurs, sa liberté se débride. Ici, aucune règle et surtout pas de fonction descriptive ou narrative. Le chromatisme vif et contrasté de ses peintures ne dépend que des rapports des tons entre eux, selon les surfaces qu’ils animent, de manière totalement subjective. La toile se construit sans idée préconçue. Il n’y a ni croquis ni schéma, elle résulte de l’inspiration du moment. Une fois finie, elle y pose un regard aussi pénétrant que contemplatif. Elle est dans le plaisir de l’accouchement et elle s’émerveille de chaque nouveau bébé.

Sur le plan sémiologique, la peinture de Loubna n’est pas de l’art brut, mais une peinture ressaisie par le savoir de ses éléments les plus fondamentaux. Elle nous fait alors voyager à travers ses œuvres presque sans mot dire, pour nous faire découvrir le monde tel qu’elle le ressent, pense, voit et perçoit. Elle s’appuie sur son propre terrain fertile en thèmes et en sujets. Elle fait appel à l’imagination, son précieux outil, lui accordant le premier rôle et l’autorisant à s’ébattre en toute liberté et fantaisie. Elle fait confiance également à ce riche substrat de matières variées qui couvent en lui dans les tréfonds de sa psyché.

Ayoub Akil

 

 

About Rédaction

Check Also

Said Pipo

Said Pipo lance la Grande fête nationale dédiée aux enfants à Tanger

Après le franc succès de ses précédentes éditions tenues à Mohammedia, la Grande fête nationale ...