Home / Edito / L’heure du mépris  

L’heure du mépris  

Meriem Lyoussoufi, Fondatrice, Editorialiste

On aurait cru avoir tout vu et que, désormais, plus rien n’allait nous surprendre ou même nous choquer. Avec le gouvernement Benkirane, on a cru avoir eu notre lot de cafouillages et de ratés. Mais c’était sans compter sur son successeur, Saad-Eddine El Othmani, qui semble exceller en la matière enchaînant sans relâche erreurs ou maladresses. Et ce n’est pas le pire. Le pire c’est qu’il semble être convaincu de bien agir. Jamais un premier ministre au Maroc n’a été aussi déconnecté de la réalité. Comme si lui et son équipe vivaient sur une autre planète. Après la gestion désastreuse de l’affaire du boycott et la manière mélodramatique avec laquelle le gouvernement a géré le hirak de Rif, on croyait qu’il avait enfin retenu la leçon. Qu’il avait compris que les Marocains sont aujourd’hui à fleur de peau. Qu’il fallait désormais peser ses mots. Ne rien prendre à la légère. Mais non. Au contraire. Saad-Eddine El Othmani pousse l’arrogance jusqu’à l’exacerbation. Le premier ministre devait, lui et son gouvernement, trancher sur une question simple. Faut-il ou non maintenir l’heure d’été ? Ils auraient pu ne rien décider et laisser le parlement s’en charger. Que font-ils ? Carrément, l’inverse de ce qu’on attendait d’eux. A l’improviste, ils maintiennent l’heure d’été, non pas en été uniquement, mais toute l’année. Le Maroc bascule subitement sur un autre fuseau horaire. Du délire. Une décision aussi illogique qu’irréalisable. Puis, vint le service après-vente, pour faire passer la pilule, servi par un ministre que personne ne connait. Le pauvre gars s’embourbe et s’emmêle les pinceaux en sortant des explications à la fois confuses et contradictoires. On improvise une batterie de mesures tout aussi grotesques qu’onéreuses. Du grand n’importe quoi. Alors qu’il aurait suffi de remettre l’heure GMT. Logique. Simple. Efficace. Pour l’heure d’été, repassez plus tard. Mais non. Une fois encore monsieur El Othmani prouve qu’il est complètement out. Une fois encore, les islamistes prouvent qu’ils n’ont rien à foutre de ce que veut le peuple. Et que personne ne vienne perturber leur béatitude dans les arcanes du pouvoir. Dormez bien, on essayera de faire moins de bruit…  

About Rédaction

Check Also

France plurielle

Vive la France plurielle

Vingt ans après son premier sacre chez elle sous la conduite de Zineddine Zidane et ...