Home / Economie & Entreprise / Les banques se sont-elles trop gavées en 2018 ?

Les banques se sont-elles trop gavées en 2018 ?

banquesRAPPORT – La direction de la supervision bancaire de Bank A lMaghrib a présenté, fin juillet 2019, les grandes lignes de son rapport annuel 2018. Il en ressort que les 24 banques marocaines (dont 5 participatives) ont dégagé des bénéfices en hausse, malgré l’atonie des crédits distribués et de la croissance économique. En effet, les crédits à la clientèle n’ont crû que de 3,3% en 2018, à 891 milliards de DH, avec une stagnation des prêts aux entreprises privées et une croissance de 4,1% des prêts aux ménages. C’est l’opération exceptionnelle de financement du remboursement du crédit de TVA détenu par les entreprises publiques et privées sur l’Etat par voie d’affacturage qui a permis au secteur de réaliser une croissance de 6,5% de leurs financements à l’économie. Le montant financé est de 27 milliards de DH. En face, les dépôts de la clientèle n’ont évolué que de 2,9%, à 928 milliards de DH. C’est leur plus faible taux de croissance sur les 5 dernières années. Les dépôts leur coûtent 0.93%, les crédits leur rapportent 4,81% Compte tenu de ce niveau d’activité, les banques marocaines ont réalisé un produit net bancaire (PNB) de 47,2 milliards de DH, en hausse de 2,7% sur base sociale (hors filiales). Un PNB généré à hauteur de 72% par la marge d’intérêt, 15% par la marge sur commissions et 13% par le résultat sur opérations de marché. Le coût moyen des ressources (1,37%) a poursuivi sa baisse, le rendement moyen des emplois aussi : 4,35%. Ce qui donne une marge d’intermédiation globale en contraction, en raison du repli du rendement des titres : 2,98%. La marge d’intermédiation sur opérations avec la clientèle s’est par contre stabilisée : 3,87%, issue d’un rendement des crédits de 4,81% et d’un coût des dépôts de 0,93% Les charges d’exploitation des banques se sont stabilisées en proportion du PNB à 50,7%. Et malgré un coût du risque (provisions pour impayés) en hausse de 14,7%, à 7,8 milliards de DH, les bénéfices ont augmenté de 2,9%, à 11,1 milliards de DH, toujours sur base sociale. Ce qui correspond à une rentabilité des fonds propres de 9,5%, stable par rapport à 2017.

About Rédaction

Check Also

Al Omrane

Avec l’Iresen, Al Omrane veut une innovation en béton

Une convention cadre entre Al Omrane et l’Iresen (Institut de recherche en énergie solaire et ...