Home / Maroc / Le Raja, seigneur d’Afrique  

Le Raja, seigneur d’Afrique  

Mustapha Abou Ibadallah

FOOTBALL – Personne, absolument personne n’osait parier le moindre centime sur les chances du Raja face à l’Espérance de Tunis en finale de la supercoupe d’Afrique disputée vendredi à Doha. Mais c’était mal connaître une équipe rajaouie animée d’un impérieux esprit de revanche sur le destin, la malchance et l’injustice. Voilà une formation minée par de nombreuses blessures, harassée par une programmation infernale et sortie injustement de la Coupe de la CAF dont il est détenteur qui fausse tous les pronostics et s’installe confortablement sur le toit de l’Afrique.  

Ayant disputé près de 50 rencontres en un laps de temps très court et victime de nombreuses erreurs d’Arbitrage les Verts se sont jurés de sauver leur saison par une prouesse tant espéré par leur formidable et inimitable public. Et il faut dire que les protégés de Jawad Zyate y sont parvenus de très belle manière. Abdelilah  Hafidi et Badr Banoun, auteurs des deux buts du club casablancais ont, en effet, réussi  à  mettre à genoux une équipe  championne d ‘Afrique qui demeurait invaincue depuis son sacre continental. Et les Casablancais y ont allié le résultat et la manière. En effet avec un peu plus de concentration Hafidi,Benhalib et Rahimi auraient alourdi l’addition. Mais au final la victoire sur la pelouse du stade Al Gharafa a grandement comblé les supporteurs  rajaouis qui se trouvaient  en grand nombre à Doha.  

Une coupe de la CAF et une supercoupe d’Afrique glanées en pleine crise et malgré de nombreux aléas sont deux belles consécrations pour les hommes de Patrice Calteron. Ce dernier, grâce au Raja, a également pris sa revanche sur l’Espérance de Tunis qui l’avait battu en finale de la Ligue des champions alors qu’il était entraîneur du club égyptien Al Ahly. Cette défaite avait conduit au limogeage du technicien français engagé illico presto par le Raja en remplacement de Juan Carlos Garrido. Pour terminer rappelons qu’il y a 20 ans sous la conduite du mythique Oscar Fullone et en présence d’un certain  Rachid Boussairi .le Raja avait battu cette même Espérance à Tunis en finale de la Ligue des champions  et poinçonner son ticket  pour le premier Mondial des clubs au Brésil. Décidément, le Raja est et restera un gros bras d’Afrique au grand bonheur et fierté des Marocains. 

 

About Rédaction

Check Also

Cigogne Volubile

Vol au-dessus d’un nid de Cigogne…

Initiée par l’Institut français de Meknès, la Cigogne Volubile – Printemps des livres jeunesse du ...