Home / Maroc / Le Raja champion arabe pour la deuxième fois de son histoire !

Le Raja champion arabe pour la deuxième fois de son histoire !

Mustapha Abou Ibadallah, Journaliste chroniqueur

Décidément le Raja restera à jamais une équipe imprévisible et fantastique. Alors qu’elle vient de se séparer de son buteur Ben Malongo et de se faire étriller il y a une semaine par l’AS Rome, peu d’observateurs sportifs donnaient une quelconque chance aux Verts de s’imposer face au Tihad de Jeddah en finale de la Coupe Arabe qui portait le prestigieux nom de SM Mohammed VI  (4-4, 4-3 tab). En effet, rien que le fait qu’elle soit dénommée par le nom du Souverain et qu’elle soit jouée à Rabat était en soi une énorme pression pour les joueurs. En outre certains problèmes survenus, pour diverses raisons, au sein des vestiaires laissaient penser que les coéquipiers de Soufiane Rahimi pouvaient rater cette finale historique. Finalement il n’en fut rien et les Verts ont rendu heureux tout un peuple marocain en général et rajaoui en particulier. Bien qu’encaissant un but précoce les Casablancais se sont transcendés pour égaliser puis prendre l’avantage. Le but d’égalisation des Saoudiens obtenu sur pénalty, au lieu de les déstabiliser, les a, au contraire, pousser à puiser dans leurs derniers retranchements afin d’inscrire un troisième but synonyme de sacre. Un sacre qui restera à jamais gravé dans la mémoire collective des Rajaouis fiers de leur équipe qui a su garder une magnifique coupe dans le pays et faire honneur au prestigieux nom qu’elle porte. Quelques mois à peine après le sacre en Coupe de la CAF, les Verts ont inscrit en lettres d’or leur nom dans le palmarès de cette coupe arabe. Et, cerise sur le gâteau, ils ont par la même occasion enrichi leur trésorerie par la bagatelle de 7 milliards de centimes et dit adieu à la grave crise financière qui entravait leur marche. Raja si tu n’existait pas on t’aurais inventé.

About Rédaction

Check Also

Majda Chraïbi : La quête de saisir l’insaisissable

Pour l’artiste-peintre Majda Chraïbi, la peinture est avant tout une élévation, un rêve, un souvenir, ...