Home / Maroc / Actu / L’ancienne équipe Benkirane s’en prend une gifle royale

L’ancienne équipe Benkirane s’en prend une gifle royale

Les remous de contestation de la ville Al Hoceima viennent d’éclabousser le gouvernement El Otmani qui a vu quatre de ses ministres sautés d’un coup. Il s’agit de Mohamed Hassad, ministre de l’éducation national et ancien ministre de l’intérieur, Nabil Benabdellah, ministre de l’Habitat, Houcine El Ouardi, ministre de la santé et Larbi Bencheikh, ministre chargé de la formation professionnel. Ces responsables ont été relevés de leurs fonctions, mardi 24 octobre 2014, par le SM Roi Mohammed VI après avoir reçu le rapport de la Cour des Comptes sur les failles de gestion du projet «Hoceima Manarat Al Moutawassit». SM le Roi a chargé le chef du gouvernement de soumettre des propositions de nomination de nouveaux responsables dans les postes vacants.

Même si c’est le gouvernement El Otmani qui trinque, le rapport épingle, en effet, la gestion désastreuse de l’équipe Benkirane. Car tous ces ministres limogés l’ont été virés en leurs qualités de ministre dans le gouvernement précédent. Alors que Larbi Bencheikh, actuel secrétaire d’Etat chargé de la formation professionnelle c’est en sa qualité d’ancien directeur général de l’OFPPT qu’il a été ainsi remercié. Le « séisme » Al Hoceima a emporté sur son passage l’inamovible, PDG de l’ONEE, Ali Fassi Fihri.

Cinq autres ministres de l’ancienne équipe gouvernementale ont été aussi mises en cause dans le rapport de l’institution dirigée par Driss Jettou. Le Souverain leur a, à cet effet, notifié sa non satisfaction, pour n’avoir pas été à la hauteur de la confiance placée en eux et pour n’avoir pas assumé leurs responsabilités. Il s’agit Rachid Belmokhtar Benabdellah, ancien ministre de l’Education nationale, Lahcen Haddad, ancien ministre du Tourisme, Lahcen Sekkouri, ancien ministre de la Jeunesse et des Sports, Mohamed Amine Sbihi, ancien ministre de la Culture et Hakima El Haiti, ancien secrétaire chargé de l’Environnement. Ces personnes ont failli à leurs missions ainsi, comme le précise le communiqué du cabinet royal, aucune fonction officielle ne leur sera confiée à l’avenir.

Le rapport a révélé que plusieurs secteurs ministériels et établissements publics n’ont pas honoré leurs engagements dans la mise en œuvre des projets et que les explications qu’ils ont fournies ne justifient pas le retard qu’a connu l’exécution de ce programme de développement. Le rapport a en outre démontré qu’il n’existait ni malversations ni détournements. Concernant la gouvernance, et à titre d’illustration, la commission centrale de suivi, composée des responsables gouvernementaux concernés, ne s’est réunie qu’en février 2017, soit 16 mois après la signature de la convention, au moment où la commission locale de contrôle et de suivi, présidée par le gouverneur de la province d’alors, a démontré son incapacité à mobiliser et à encourager les différents partenaires, et à imprimer le dynamisme nécessaire pour le lancement des projets sur des bases solides.

 

 

About

Check Also

Raja

Le Raja champion du Maroc pour la douzième fois de son histoire

En remportant le championnat du Maroc à l’issue de cette saison exceptionnelle le Raja de ...