Home / Amériques / Laïla Lalami, la romancière qui raconte l’Amérique   

Laïla Lalami, la romancière qui raconte l’Amérique   

PORTRAIT – La romancière Laïla Lalami, établie en Californie, est finaliste du grand prix littéraire américain, le tant convoité National Book Award 2019 avec son dernier roman “The other Americans”. Portrait d’une écrivaine prolifique et au parcours singulier.  

Laïla LalamiL’Amérique semble réussir à l’auteure Laïla Lalami, dont le dernier roman « The other Americans« , paru au printemps aux éditions Pantheon New York/Penguin Random House, ne cesse de séduire outre-Atlantique. Ce livre fait partie des finalistes du très convoité National Book Award 2019 (Prix national du livre des Etats-Unis). L’écrivaine est désormais en lice aux côtés de quatre grands autres auteurs. Il s’agit du lauréat du Booker Prize de 2015, Marlon James pour “Black Leopard, Red Wolf”, Susan Choi, finaliste du prix Pulizer, pour “Trust Exercise” et deux autres écrivains débutants Kali Fajardo-Anstine (“Sabrina & Corina: Stories”) et Julia Phillips (“Disappearing Earth”). Ce quatrième roman de l’écrivaine marocaine est un thriller qui raconte l’histoire de Driss, un immigré marocain résidant en Californie, tué par une voiture roulant à vive allure avec délit de fuite alors qu’il traversait une intersection mal-éclairée. Les répercussions de sa mort mettent en jeu une pléiade de personnages: sa fille Nora, compositrice de jazz qui revient dans sa petite ville natale du désert de Mojave (Sud-est de la Californie) qu’elle pensait avoir quittée pour de bon; sa veuve, Maryam, toujours nostalgique de sa vie dans la mère-patrie, le Maroc; Efrain, un témoin sans-papiers dont la peur de l’expulsion l’empêche de se manifester; Jeremy, un vieil ami de Nora et un ancien combattant de la guerre en Irak; Coleman, une détective qui découvre lentement les secrets de son fils; Anderson, un voisin essayant de renouer avec sa famille; et Driss, lui-même. Tour-à-tour, les narrateurs nous livrent une introspection dans leur propre passé et leurs sentiments présents tout en jetant la lumière sur des traits d’autres personnages. Un pur chef-d’œuvre.  

Laïla Lalami est née à Rabat et a fait ses études au Maroc, en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis où elle s’est établie depuis 1992 à Los Angeles. Actuellement professeur d’écriture créative à l’université de Californie à Riverside, elle est l’auteur des romans « Hope and other dangerous pursuits » (2005), finaliste de l’Oregon Book Award, « Secret son » (2009) et « The Moor’s account » (2014). En 1991, après avoir obtenu une licence en littérature anglo-saxonne de l’université Mohammed V de Rabat, Lalami a reçu une bourse du British Council pour étudier en Grande-Bretagne. Après avoir obtenu une maîtrise en linguistique à University College de Londres, elle retourne au Maroc et travaille comme journaliste pour le journal de langue française Al Bayane, où elle couvre des événements politiques et culturels, et écrit une chronique hebdomadaire. Elle déménage ensuite à Los Angeles et, plus tard, obtient un Ph.D. en linguistique de l’université de Californie du Sud. Lalami est passée à la rédaction en anglais en 1996.  

Elle a publié des critiques littéraires et des essais politiques dans le Boston Globe, Boston Review, The Los Angeles Times, The Guardian, The Nation, The New York Times, The Washington Post et ailleurs. Elle est devenue le premier auteur marocain à publier un roman à grande diffusion commerciale aux États-Unis. Son premier roman, Hope and Other Dangerous Pursuits, a été publié en 2005 et a depuis été traduit en cinq langues. Son second roman, Secret Son, a été publié en 2009 et a été nominé pour le prestigieux Orange Prize en Grande-Bretagne. Son dernier roman, The Moor’s Account, se base sur l’histoire vraie de Musfata Zemmouri, connu sous le nom d’Estevanico, un esclave marocain qui devint le premier explorateur noir d’Amérique du Nord. Encensé par la critique littéraire américaine, The Moor’s Account a été finaliste pour le Prix Pulitzer en 2015. Lalami a reçu de nombreuses bourses et subventions, notamment la bourse Fulbright et la bourse Guggenheim. Elle est actuellement professeur titulaire de création littéraire à l’université de Californie. En France Laila Lalami est peu connue si ce n’est par son roman De l’espoir et d’autres quetes dangereuses, paru chez les éditions Anne Carrière en 2007 et par ses articles dans le magazine américain The Nation et par ses essais dans le New York Times. 
 

About Rédaction

Check Also

khlas Raji

Ikhlas Raji, le succès comme style de vie 

PORTRAIT – Ikhlas Raji, est le modèle de la femme marocaine qui a su surmonter, avec succès, ...