Home / Maroc / La Fondation CDG ressuscite Mahmoud Darwich par la peinture  

La Fondation CDG ressuscite Mahmoud Darwich par la peinture  

Fondation CDGTrois artistes peintres Aziz Azrhai, Fouad Chardoudi et Abdellah El Haïtout, ont combiné leur talent le temps d’une exposition pour rend un hommage poétiquement artistique à l’écrivain et grand homme de lettre Mahmoud Darwich. « Plus de roses » se veut de de ressusciter Mahmoud Darwich par le biais d’une peinture en couleur, pour s’approcher de son œuvre poétique, de son parcours humain qui, comme l’a si bien dit Dina Naciri, Directrice Générale de de la Fondation CDG, parrain de l’exposition, « s’entrecroise avec la cause de son peuple, où le goût de l’exil et de l’isolement, l’amertume du voyage visant à construire des discours poétiques et esthétiques, qui fait triompher l’homme et défend son droit et son besoin d’une patrie à même de l’abriter sous son vaste ciel, où il peut aimer sur sa terre et respirer son air non pollué par l’odeur du sang et de la poudre à canon…»  

C’est un hommage rendu à cette prestigieuse sommité poétique lauréate du Prix international Argana de la poésie en 2008, parrainé, et le parraine toujours, par la Fondation CDG qui se poursuivra jusqu’au 12 janvier 2018. Cette dixième commémoration dédiée aujourd’hui à l’âme de Darwich est également une célébration des 10 années de partenariat entre la Fondation CDG et la Maison de la Poésie au Maroc. Mahmoud Darwich est le parrain de cette amitié poétique et culturelle, et son architecte qui a ouvert la porte à d’autres amis poètes ; les poètes du Maroc et du monde. Ils sont venus après lui, suivant son pas poétique, en se réjouissant de remporter le Prix international de la poésie. Dix ans passés depuis l’événement culturel poétique organisé au Théâtre National Mohammed V à Rabat, le soir du 24 octobre 2008, auquel Mahmoud Darwich n’était pas venu à cause de la mort brusque et brutale qui l’avait surpris. Mais la rencontre avait attiré un large public de différentes villes, jeunes et étudiants, hommes politiques et acteurs civils, écrivains et poètes, journalistes et grand public. Ils étaient venus, tous ensemble, serrer la main du poète qui leur a donné la sérénité de vivre sur cette terre digne de la vie. Ils étaient venus renouveler leur amour pour le poète après son départ, après le lui avoir montré de son vivant. 

About Rédaction

Check Also

Meriem Mezian

EXPO : Meriem Mezian, ci-gît et revit l’Art  

EXPOSITION – Du 13 au 29 décembre prochain à Casablanca, l’Exposition « Les mains qui voient» rempile ...