Home / Maroc / Karima Alami, la peintre qui sublime les contrastes

Karima Alami, la peintre qui sublime les contrastes

Décidément, les œuvres de l’artiste-peintre marocaine Karima Alami sont des sortes de fenêtres ouvertes sur des paysages heureux, des thématiques sages, tout droit sortis du mental de cette biologiste animalière de formation pour ravir le regard du spectateur. Cette recherche du Beau, recherche constante, malgré les vicissitudes de la vie, est amplifiée, à y voir de plus près, grâce à des techniques et styles mêlés notamment le figuratif, l’abstrait et l’hyper-réalisme.  Résultat : des contrastes harmonisés. 

Karima AlamiS’intéressant avec passion aux questions des formes et des couleurs, Karima Alami réalise ainsi une série d’œuvres diversifiée préconisant sa propre facture et façonnant la nature, ses figures et ses modules plastiques. Cette ex-enseignante des sciences de la vie et de la terre, consciente de sa facture picturale, est toujours à la recherche du beau et un certain goût du bonheur.  Ses œuvres défilent sous nos yeux, des formats différents qui forment un tout cohérent et qui définissent bien le caractère et le style de l’artiste. 

Comme tant d’autres artistes à travers le monde, Karima Alami a cette envie d’accomplir son destin jusqu’au bout. Elle cultive son jardin des merveilles avec la même frénésie. Elle nous fait ainsi voyager à travers ses œuvres  presque sans mot dire, pour nous faire découvrir le monde tel qu’elle le ressent, goûte, pense, voit et perçoit. C’est un art qui vise à produire un agrément instantané chez son récepteur, dans ce cas, à travers des langages picturaux immédiats, récréatifs.  

Allant immédiatement à la gestualité de ses œuvres, à ses innombrables toiles des effets variés de son entourage, de son intérieur, de ses sensations, elle a toujours réussi  à imprégner les sujets qu’elle a choisis. Or, elle nous présente des œuvres abstraites, figuratives et hyperréalistes dans lesquelles elle a pris soin d’introduire ses songes, ses réflexions, ses visions, ses convictions qui nous plongent tout droit dans le cœur de son univers somptueux. Un cosmos intime, fait de rêves fugaces et de poésie impalpable doublée d’une approche philosophique transcendentaliste. 

De «L’harmonie dans l’oxymore», à «Mutations– l’harmonie dans l’oxymore», en passant par ses diverses collections d’œuvres exposées un peu partout au Maroc comme à l’étranger notamment en Suisse,  Karima semble avoir inscrit ses travaux dans la lignée des Peintres de la Réalité Poétique, dont Maurice Brianchon fut le chef de file.  Dans une période attachée à l’ordre, cette conception privilégie le retour au réel et à la figuration, mais un réel transfiguré par la poésie.  Ainsi, les sujets de prédilection de notre plasticienne sont alors des scènes d’extérieur, mais elle excelle aussi dans les scènes d’intérieur et les natures mortes. Elle y fait preuve d’une solide construction et d’un harmonieux équilibre des couleurs. 

Ses capacités plastiques, son développement et son travail acharné l’ont menée à une nouvelle liberté d’expression de sensibilité exquise à une exécution de vigueur étonnante. On y trouve un art essentiellement de belle race intuitif, car la couleur travaillée dans ses plus infimes nuances procure un jeu d’éclat subtil, velouté et tactile. Chaque touche de couleurs s’inscrit dans le feu d’un arrangement presque mathématique où elle contribue à donner toute son intensité. Cette lumière diffuse délicate l’ensemble de la toile où chacune des couleurs répond à son autre dans et par un dialogue qui se tisse telle une trame savamment réfléchie ne laissant rien au hasard.

Pinceau à la main, notre artiste fait apparaître dans la forme visible tous les gestes, actes, graphismes, traces, linéaments, surfaces qui peuvent constituer la peinture, elle fait de l’acte même de peindre le savoir déployé et scintillant de la peinture elle-même. Sa peinture n’est pas de l’art brut, mais une peinture ressaisie par le savoir de ses éléments les plus fondamentaux.  Loin de là, Karima, elle, en brèche le monde des apparences pour nous faire découvrir les sphères intérieures de l’être où l’essence des formes se laisse envoûter par son œuvre on ne peut plus riche, complexe, à la sémiologie secrète et visionnaire. 

Karima AlamiSes choix se font par impulsions : dès lors qu’une représentation lui plait assez pour l’inspirer, elle reste au plus près de ses formes, qu’elle veut souples, variées et irrégulières, les plaquant sur les contours de son modèle. Mais quand viennent les couleurs, sa liberté se débride. Ici, aucune règle et surtout pas de fonction descriptive ou narrative. Le chromatisme vif et contrasté de ses peintures ne dépend que des rapports des tons entre eux, selon les surfaces qu’ils animent, de manière totalement subjective. Bref, l’art que Karima Alami nous donne à voir et à apprécier est en mouvement, en ébullition constante sans règles établies. Ici, chaque tableau est une découverte, mais aussi une nouvelle expérience picturale pour son créateur. Son processus prend source dans la mémoire. Et les émotions sont presque palpables. 

C’est dans son silence acharné, sa mystique abrupte et l’instinct de la transcendance que notre artiste a su puiser dans son génie, sa passion du jaillissement et son sens inné de créer l’union dans la diversité et donc une harmonie dans les contrastes.  Aboutissement : une œuvre riche qui dépasse le jeu des formes, des apparences, pour recueillir ce qui est au cœur des choses,  l’esprit du concret.

Ayoub  Akil

 

About Rédaction

Check Also

chambre espagnole

Le 9e tournoi de golf de la chambre espagnole gagne son pari

Après une éclipse d’une saison due à la pandémie de Covid, le tournoi annuel de ...