Home / Monde Arabe / Hind Rostom, actrice et icône immortelle

Hind Rostom, actrice et icône immortelle

Hind RostomAujourd’hui, le géant du Net Google rend un vibrant hommage à l’une des étoiles immortelles du cinéma égyptien, Hind Rostom, avec doodle, artistiquement sympathique. Née un 12 novembre comme ce jour-ci en 1926 à Alexandrie. Même après sa mort en 2011, Hind Rostom continue à travers ses films de représenter bien plus qu’une simple actrice. Sensualité débordante, figure sacrée éveillant le désir, elle était une Vénus moderne. Sex-symbol incontournable, incarnation du glorieux âge d’or du cinéma égyptien des années 50, elle est une icône qui a acquis une Influence sans précédent avec une carrière riche durant laquelle l’actrice a joué dans plus de 80 long-métrages.  

Elle commence sa carrière à l’âge de 16 ans dans le film Azhaar wa Ashwak (Des fleurs et des épines). Elle obtient on premier véritable succès véritable en 1955, lorsque le célèbre réalisateur Hassan al-Imam (en) lui offre un rôle dans Banat el Lail (Les filles de la nuit). Hind Rostom est connue comme la reine de la séduction du cinéma égyptien et la Marilyn Monroe de l’Orient. Elle décide de prendre sa retraite en 1979 parce qu’elle voulait que le public se souvienne du meilleur d’elle-même. Elle refuse une offre d’un million de gineih (livres égyptiennes) pour sa biographie en décembre 2002. L’offre est faite par une chaîne satellitaire égyptienne pour dépeindre sa vie comme une série dramatique.  Si on devait réduire la longue carrière de Hind Rostom à quelques films, on devrait obligatoirement citer, La anam (Nuits sans lendemains) de Ezzeddine Zulfikar, Rodda Kalbi (Mon coeur revit) du même metteur en scène, Chafika El Kiptiya (Chafika la copte) et Bab el hadid (Gare centrale) d’un autre alexandrin, Youssef Chahine. Dans ce film culte, elle a campé le personnage d’une marchande de boissons gazeuses aux côtés de Farid Chaouki et du metteur en scène Y. Chahine, dans le rôle de Kennawi, le pied-bot. Ce film admirable de tous les points de vue a représenté dignement l’Égypte au festival de Cannes en 1954. Il faut également citer sa prestation dans Al jassad (La chair) réalisé à l’orée des années 1950.

Elle est invitée à présenter un historique complet de ses réalisations passées et des expériences de travail avec des acteurs importants du passé, tels que Farid Shawki, Faten Hamama, Yousif Shahin, Shukri Sarhan et Shadia. L’actrice a déclaré qu’elle a refusé de vendre sa vie comme un divertissement et a estimé que sa vie personnelle était sa préoccupation et celle de personne d’autre. Le 8 août 2011, cette grande actrice meurt à l’âge de 83 ans, d’une crise cardiaque dans un hôpital d’Al-Mohandeseen.

About Rédaction

Check Also

Alger

Alger maltraite ses vétérans

En Algérie, on serait tenté de croire que pour être un peu privilégié il suffirait ...