Home / Maroc / « Gnawa Land », un album pure fusion

« Gnawa Land », un album pure fusion

The Gnawa LandZOOM – « Gnawa Land » est le titre qu’a choisi le groupe montréalais The Wu-Sen & The Fam pour son tout premier album, fraîchement sorti au Canada. Comme une pomme que l’on croque à pleine dent, cet opus collecte en cinq titres seulement l’histoire et l’esprit de cette formation musicale de world music. Il s’agit d’une fusion réussie entre la musique de la confrérie des gnaouas, le jazz, le rap, le rock, la soul et l’électro, bien servie par une brochette de talentueux instrumentistes aux mélodies envoûtantes et aux arrangements subtils.

Tout ce qui ressemble s’assemble. Voici le mot d’ordre du groupe The Wu-Sen &The Fam. Basée à Montréal, cette formation de la world music vient de sortir son premier album intitulé « Gnawa Land». Composé de cinq chansons, cet opus s’annonce tout aussi recommandable et vaporeux. De «Mama Africa», une ode lumineuse au continent noir, à «Think» en passant par «Clear», «Game over» et «Gnawa Land», l’album aborde plusieurs thèmes riches et très sensibles. S’appuyant sur le darija marocain, comme mode d’expression mêlé au français et à l’anglais, le groupe affiche une bonne complémentarité artistique et trans-linguistique. Musicalement aussi, les Wu-Sen ne font pas les choses à moitié. Ils arpentent une panoplie de styles, avec une énergie et une ambiance bon enfant. Une rythmique qui ne fait pas dans le détail, sans pourtant négliger l’innovation et une certaine technique. On passe ainsi de titres décapants et mélodiques à des morceaux beaucoup plus aériens. A la musique guérisseuse des gnaouas, qui véhicule la nostalgie spirituelle et mystique de la confrérie, se fusionnent rock, jazz, rap, soul ainsi que d’autres styles musicaux. La musique que nous propose ici la formation montréalaise fait danser et s’annonce même comme le début d’une carrière prometteuse et d’un catalogue riche et diversifié.

C’est aussi et surtout un parcours du monde des rythmes formalisant une audace inventive, ignorant les frontières pour un monde meilleur qui invite à la danse, au chant de la vie, l’espoir, l’avenir, la paix et la tolérance. C’est dire qu’aujourd’hui, le travail de fond effectué depuis ces deux dernières années porte ses fruits. Ainsi, les Wu-Sen réaffirment-ils leur goût prononcé pour la fusion des genres en y ajoutant une sérieuse dose de créativité. A découvrir et à distinguer ses différentes formes d’expressions, allant des styles traditionnels marocains à d’autres avant-gardistes comme le reggae, le jazz, le rock, le rap et la soul) qui brassent les sonorités les plus admirablement fantaisistes. Une formule spontanée qui remporte le pari d’un monde fougueusement novateur qui charme et qui promet.

Ayoub Akil

Un groupe, une histoire

Gnawa LandL’histoire de Wu-Sen & The Fam ne date pas d’hier. Cela fait deux ans déjà que le groupe existe. Il a été fondé en 2016, sous l’impulsion du Marocain Houcine Aouini, rappeur depuis bientôt 20 ans, prix L’Boulevard en 2001 avec son ex-groupe de rap Thug Gang. Aujourd’hui, le groupe compte six jeunes musiciens. Il s’agit des Français Arthur Evenard (keyboard et coproduction), Québécoise Fany Dumais (vocals et backs), Antillais Oliver Guaillard (bass), Québécois Michel Paradis (amerindien drums), Marocain Yassine Boudouh (Guembri et guitare) sans oublier son leader qui y est aussi compositeur et producteur. Voilà comment s’opère la magie du groupe. Se profilent au passage concerts, rencontres, ateliers de formation et surtout davantage d’attraction suscitée auprès du grand public grâce notamment à la qualité de leurs prestations scéniques particulièrement généreuses, efficaces et bien travaillées. Des concerts qui, en somme, entremêlent rythmes, cultures, dialectes, costumes, instruments, danses…

About Rédaction

Check Also

Meriem Mezian

EXPO : Meriem Mezian, ci-gît et revit l’Art  

EXPOSITION – Du 13 au 29 décembre prochain à Casablanca, l’Exposition « Les mains qui voient» rempile ...