Macro-économie

Pour le FMI, le Maroc est sur la bonne voie

Pour le FMI, le Maroc est sur la bonne voie
  • Marocains partout
  • 02 Décembre 2016 - 10:54
  • Rédaction (Avec AFP)

Une fois encore, le Fonds monétaire internationale (FMI) encense le Maroc en appelant comme on pouvait s’y attendre à la poursuite des réformes structurelles engagées par le royaume. La croissance de l’économie nationale devrait, à en croire l’organisme, s’accélérer pour atteindre 4,4 en 2017. « En 2016, la croissance de l’économie marocaine devrait ralentir pour se situer entre 1,5 et 2%, en raison d’une mauvaise campagne céréalière et de la relative faiblesse de l’activité non-agricole », a déclaré Nicolas Blancher, chef de la mission de consultation du FMI. « En 2017, la croissance devrait s’accélérer autour de 4,4% (…) et se stabiliser autour de 4,5% à moyen terme, sur la base des réformes mises en œuvre en cours », a-t-il jugé, au cours d’une conférence de presse jeudi.
L’économie marocaine repose en grande partie sur l’agriculture, très affectée cette année par la forte sécheresse que connaît le pays. Le Maroc a toutefois « bénéficié de la poursuite d’une gestion macro-économique prudente et des réformes structurelles » en cours, a estimé Nicolas Blancher. « Les progrès en matière de maîtrise budgétaire et de diversification de l’économie ont renforcé sa résistance ». « Néanmoins, il reste beaucoup à faire pour atteindre une croissance plus élevée (…). D’importantes réformes structurelles sont entamées et il est nécessaire d’en accélérer la mise en œuvre », a souligné le chef de délégation du FMI, rappelant que le chômage restait élevé, surtout chez les jeunes.
Parmi les priorités, figurent notamment l’amélioration de la qualité du système éducatif, du fonctionnement du marché du travail et du taux d’activité des femmes, a-t-il détaillé. Sur l’Education en particulier, dans un état très préoccupant selon les observateurs, malgré les importantes ressources qu’y consacre l’Etat, « les résultats ne sont pas à la hauteur des investissements », et se pose « la question de l’efficacité de la dépense publique ». Le FMI a également « salué la récente réforme des retraites du secteur public », très contestée par les syndicats, « ainsi que l’amélioration des finances publiques prévue dans le Projet de Loi de Finances 2017 ».

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...