Flexibilité du Dirham : Fitch rassure les banques…

  • Marocains partout
  • 20 Juin 2017 - 10:33

Sur la flexibilité du Dirham, l’agence Fitch Ratings se veut rassurante comme en témoigne sa note optimiste, publiée lundi 19 juin 2017, sur l’impact de la libéralisation partielle du régime de taux de change dont l’entrée en vigueur est pour bientôt. Ainsi, à en croire Fitch Ratings, la libéralisation partielle prévue du régime de taux de change du Maroc aura un impact limité sur le secteur bancaire du pays. Il est peu probable que les banques subissent des risques significativement plus élevés liés à la monnaie suite à une plus grande volatilité des taux de change, car leur exposition à la monnaie étrangère est minime dans leurs activités domestiques, les prêts en monnaie étrangère sont presque entièrement liés au commerce, les dépôts en monnaie étrangère sont rares. La libéralisation du dirham aura vraisemblablement un impact limité sur la stabilité macroéconomique à court et à moyen terme.

Comme l’a souligné d’ailleurs l’agence Fitch, le nouveau régime de taux de change sera « graduellement progressif », ce qui entraîne une légère augmentation de la volatilité du dirham par rapport au panier de monnaie. Les risques d’un ajustement net du Dirham sont faibles, estime Fitch, car le taux de change est conforme aux fondamentaux, selon la dernière évaluation du FMI. Selon les sources de Médias24, le FMI a au contraire évoqué un « petit désalignement du Dirham ». Les finances publiques et l’accès au marché ne devraient pas être affectés de manière significative car la dette publique est principalement libellée en dirhams. Les réserves du Maroc et la ligne de précaution et de liquidité du FMI fourniraient un tampon important en cas de stress externe.

Les importateurs marocains de petite et moyenne taille seraient les plus touchés en cas d’affaiblissement du Dirham, compte tenu de leur accès limité aux outils de couverture de change. Cependant, les bons de commande à terme de ces sociétés ont tendance à être à court terme, afin qu’ils puissent bientôt passer les coûts d’importation croissants à leurs clients. Fitch ne prévoit pas une augmentation des dépréciations dans les portefeuilles de prêts aux PME les plus importants des banques déclenchés par les mouvements de taux de change. Les entreprises marocaines plus importantes utilisent déjà activement des dérivés de change et les banques ne s’attendent pas à ce que ces emprunteurs aient des difficultés à gérer leurs prêts en monnaie étrangère une fois que le régime de change sera passé à une plus grande flexibilité. Les banques actives dans le négoce de devises ou capables d’offrir des instruments de couverture à leurs clients peuvent bénéficier des opportunités résultant d’une volatilité accrue des taux de change.

La demande de produits dérivés devrait augmenter entre les emprunteurs de PME, ce qui stimulera le volume des entreprises pour les banques en mesure d’offrir de tels produits. Le dirham est actuellement lié à un panier de devises comprenant l’euro (60%) et le dollar américain (40%). La banque centrale marocaine peut intervenir pour limiter les fluctuations et restreindre les écarts d’offre-offre à 0,6%, ce qui signifie que toutes les transactions officielles de change de dirham sont réglées dans cette bande étroite. La volatilité du Dirham a été faible ces dernières années. La Flexibilité du Dirham sera amorcée au cours du second semestre, probablement avant mi-juillet.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...