Football

Fakhir limogé : La fuite en avant de Hasbane

Fakhir limogé : La fuite en avant de Hasbane
  • Marocains partout
  • 27 Mai 2017 - 23:53
  • Mustapha Abou Ibadallaah

Si tu n’as point de pudeur fait ce que bon te semble ! C’est la devise de Said Hasbane, un président qui tient en otage, depuis l’été dernier, un club que des nationalistes et que des personnalités de grande envergure ont fondé dans un quartier populaire qu’est Derb Soltane. Là où le mot d’ordre était que le Maroc recouvre son indépendance et où le sport en général et le football en particulier pouvait être un facteur de rassemblement des forces vives de la nation pour combattre l’occupant. Nous n ‘allons pas revenir sur le parcours du Raja qui a réussi à conquérir les cœurs et à devenir, en l’espace d’un temps très court, l’icône des habitants du quartier avoisinant le palais Royal et , plus tard, des autres zones périphériques de Casablanca. La renommée des Verts grandissait au fil des ans gagnant les autres villes du Royaume avant de rayonner sur l’Afrique (3 ligues des champions) et du monde (deux participations au Mondial des clubs avec, en prime une finale contre le Bayern de Munich devant SM Mohammed VI). Tout cela a été rendu possible grâce à l’abnégation et aux sacrifices de rajaouis convaincus et sincères qui n’avaient d’autres desseins que d’aider leur club à aller de l’avant et d’en faire une référence à l’échelon national et continental. Les Benabadji, Kadri,Hajjaj,Mekki, Skalli, Semlali, Maach, Bouabid, Retnani, Aouzal, Hanat, Souiri, Ammor, Sebbar, Firdaous et bien d’autres ont, chacun à sa manière, contribué au rayonnement de ce club légendaire dont le style de jeu chatoyant a été façonné par Père Jego. Bien évidemment de grands techniciens se sont succédés à la tête de la direction technique du Raja et sauvegardé le cachet académique prôné par Affani Belahcen alias Père Jego. Orotz, Ammari, Khamiri, Tibari, Cabrita Wahid , Oscar , Benzerti, Fethi et Fakhir ont ainsi dirigé ce club qui a toujours été un vivier de talentueux joueurs. Malheureusement depuis l’avènement des deux derniers présidents en date, tout ce bel édifice a été détruit suite à une gestion calamiteuse indigne d’un club de la stature du Raja. La dernière bévue de Hasbane est le limogeage de M’ hammed Fakhir un homme qui a tout fait pour que son équipe évite le pire tant les problèmes financiers et les luttes intestines ont grandement gêné le rendement des joueurs .Ces derniers ont passé le plus clair de leur temps à réclamer leurs primes et salaires et à observer des sit-in. Outre que le Raja a évolué durant toute la saison hors de son terrain.

Tout autre coach que Fakhir aurait quitté le club. et ce dernier aurait joué pour le maintien. Mais, au lieu de cela, Fakhir et ses poulains ont décroché une participation à la coupe de la CAF. Et au lieu de féliciter son entraineur pour cette prouesse (car c’en est une !), le sieur Hasbane vient de limoger un homme dont le seul tort aura été de batailler pour sauver son équipe de toujours. Décidément le ridicule ne tue point ! Décrié par tout le public qui réclame son départ sine qua none Hasbane a pris une décision aberrante qui ne peut être assimilée qu’à une fuite en avant. Sentant son heure approcher, l’ex-conseiller communal a voulu créer la zizanie au sein d’un club dont il voulait se servir à des fins politiques. Ayant échoué il a usé d’un stratagéme qu’on peut qualifier de coup d’épée dans l’eau. Hasbane partira et Fakhir sera certainement rappelé par le prochain président. A propos cela n’est pas sans nous rappeler étrangement le limogeage de ce même Fakhir à la veille du Mondial des clubs de 2013 par le prédécesseur de Hasbane qui a offert une wild- card sur un plateau d’or à Fawzi Benzeri pour enrichir son palmarès. Décidément on n ‘est jamais trahi que par les siens.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...