Home / Economie & Entreprise / Etude : nos seniors sont-ils une pompe à fric ?

Etude : nos seniors sont-ils une pompe à fric ?

seniorsPublication – Pour une drôle d’étude, on peut dire qu’on est servi. Et c’est la Direction des études et des prévisions financières (DEPF) qui en est l’auteure. Ce département relevant du ministère de l’Economie, des finances et de la réforme de l’administration nous a habitué à des rapports sur des secteurs très précis comme la production de phosphates ou encore tout récemment le tourisme dont il voit l’avenir d’un œil optimiste. Ses analystes nous pondent de temps en temps des rapports avec des projections, des estimations et des hypothèses. L’une de leurs publications, le «Condensé Prospectif», s’est penchée dans sa deuxième édition sur la « Silver Economy ». Si vous ne savez pas ce que c’est, c’est tout simplement l’économie des seniors.

Les experts de la DEPF voit en cette catégorie un potentiel de progression de près de 7% en moyenne par an jusqu’en 2050. Vous avez compris. Nos aînés, ou seniors si vous voulez, sont considérés par ce « Condensé » d’analyses chiffrées comme un marché de niche pour les entreprises. «Le marché de la Silver économie, approché par les dépenses de consommation des personnes âgées de 60 ans et plus, représente environ 53 milliards de dirhams (MMDH) en 2014 et dépasserait les 640 MMDH en 2050, soit un potentiel de développement de 7% en moyenne par an», écrit fièrement les rédacteurs de ce document. Les clos blancs du ministère de l’Economie ont même évalué ce soi-disant fort potentiel de ce « marché » à 0,6 point de PIB supplémentaire par an, soit l’équivalent de 18 MMDH de valeur ajoutée de plus chaque année. Il suffit, selon eux, d’’instaurer un écosystème afin de « garantir l’implication organisée et cohérente de toutes les parties prenantes de ladite économie ».

Il s’agit, disent-ils, de développer une vision cohérente et de long terme cadrant la Silver économie, fondée sur un modèle de prise en charge des personnes âgées axée sur un accompagnement multidimensionnel qui intègre également la dimension marchande. Une vision qui, à en croire la DEPF, devrait inclure une identification de l’ensemble des acteurs et parties prenantes publiques et privées, leurs périmètres et leurs apports ainsi que leur organisation, tout en étant accompagnée d’un cadre de gouvernance et de coordination adéquat. Comment en sont-ils arrivés à cette conclusion ? En analysant différentes études et expériences liées au développement de la Silver Économie à l’échelle internationale. C’est eux qui le disent. S’ils avaient commencé par analyser la situation des seniors au Maroc, ils comprendraient que une grande partie de nos seniors, c’est-à-dire ces pauvres retraités, sont tout sauf une pompe à fric. Ces seniors n’ont pas de couverture médicale en béton, n’ont parfois pas les moyens de s’offrir des prestations de loisirs (tourisme, culture) et rares sont ceux qui pensent aux produits de bien-être. Les experts du ministère de l’économie ont, aussi, omis un point important : nos aînés ne sont pas des « baby-boomers » car le Maroc n’a pas connu ce phénomène. Et pour qu’il y ait une « Silver Economy », il faut qu’y ait un allongement de la durée de vie. Ceci passe par un système de santé performant et une couverture médicale coriace. A-t-on ces conditions ?

R.A

About Rédaction

Check Also

Cet été avec Orange Maroc, roulez écolo !

Orange Maroc lance cet été les «Orange Tours écolo», une expérience low-tech pour recharger son ...