A Boston, le Maroc a la pêche

  • 20.03.2017 - 10:17

Le Maroc participe pour la 6e fois au salon Boston Seafood North America (SENA). La délégation, menée par l’Établissement autonome de contrôle et de coordination des exportations (EACCE), mettra à profit cet événement d’envergure pour promouvoir l’offre marocaine en produits de la mer. Tout au long des trois jours du Salon, qui se tient jusqu’au […]


People

Lindsay Lohan devient-elle musulmane ?

  • 18.01.2017 - 17:49

L’actrice Américaine Lindsay Lohan passe la majeure partie de son temps entre la Grèce, la Turquie et Dubaï. Alors que la jet-setteuse semble s’être rachetée une conduite en se dévouant aux causes humanitaires, certains se demandent si elle ne s’est pas convertie à l’Islam. During a trip to Turkey, Lindsay Lohan wore a hijab while […]

Diaporama

Blogs

Nadine Hanafi, une startupeuse créative

La fondatrice marocaine de l’entreprise We are Visual, Nadine Hanafi fait partie des 50 personnalités arabes les plus influentes de 2017, d’après le magazine britannique The Middle East. Déjà en 2015, Nadine Hanafi faisait partie du top 100 des personnalités arabes de moins de 40 ans les plus puissantes de la planète, d’après le magazine émirati Arabian Business. Nadine Hanafi qui a grandi à Agadir, s’est installée aux Etats-Unis après son baccalauréat pour y poursuivre ses études. En 2013, la jeune Marocaine, autodidacte, créé We Are Visual, une start-up qui transforme les présentations PowerPoint médiocres en visuels dynamiques, comme est décrit son entreprise basée à Miami.

Parmi ses clients, de grands groupes internationaux, de quoi se faire un nom dans son domaine. En 2014, Nadine Hanafi a même été élue « meilleur entrepreneur » dans la catégorie des jeunes de moins de 35 ans (Empact Showcase) au siège des Nations unies. Une autre personnalité marocaine fait partie de ce classement : le biologiste Adnane Remmal qui a été décoré du Wissam de l’ordre du mérite intellectuel à l’occasion de la fête du Trône. Le spécialiste a remporté en juin dernier le Prix du public de l’inventeur européen en 2017 pour son procédé qui associe antibiotiques traditionnels et huiles essentielles naturelles afin de décupler leurs effets.

 

 

Le Maroc veut séduire les investisseurs à Washington

Le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du commerce et de l’économie numérique, chargé de l’Investissement, Othman El Ferdaous a mis en avant, jeudi dernier à Washington, les nombreuses opportunités d’investissement dont regorge le Maroc, tout en incitant les investisseurs américains à tirer profit des avantages qu’offre le climat des affaires propice qui distingue le Royaume. Intervenant lors d’une table-ronde organisée par l’ambassade du Royaume aux Etats Unis en partenariat avec le Business Council for International Understanding (BCIU), dans le cadre du 11e US-Africa Business Summit, organisé du 13 au 16 juin dans la capitale fédérale américaine, M. El Ferdaous a souligné que le Maroc a mis en place une stratégie de développement novatrice qui donne la priorité au capital humain et à la qualité de l’insertion du Royaume dans l’économie mondiale.

Cette politique, qui s’appuie sur une approche anticipative des besoins du marché, vise à drainer plus d’investissements porteurs d’intégration locale et à réunir les conditions nécessaires pour faire du Maroc un hub économique de premier plan en Afrique, a-t-il indiqué. Le leadership du Royaume sur le continent pourrait, comme l’a souligné le ministre, s’avérer bénéfique pour l’établissement d’un partenariat économique avancé entre les Etats Unis et l’Afrique. M. El Ferdaous a, en outre, fait observer que le Maroc s’est engagé dans une série de projets de développement structurants dans des secteurs clés, citant à cet égard, les 8200 hectares de zones industrielles dont dispose le pays et les plus de cinquante écosystèmes industriels mis en place.

Organisé par le Corporate Council on Africa (CCA), une association à but non lucratif créée en 1993, le 11ème US-Africa Business Summit connaît la participation des chefs d’entreprise et de gouvernements africains et américains pour discuter de divers thèmes, ayant trait notamment aux opportunités et aux défis d’investissement en Afrique ainsi qu’aux moyens de renforcer les relations économiques entre les Etats-Unis et les pays africains.

 

 

 

contributions

Compétences expatriées : A quand la modernité émancipatrice ?

Le retour des compétences expatriées :  un levier de sortie de crise

Le constat : Nous traversons, au Maroc, une période de turbulences sociales menaçant la stabilité du pays. Le risque est grand, si rien de sérieux n’est entrepris, de voir le pays basculer dans une voie difficile. La situation est aujourd’hui plus préoccupante avec les récents événements notamment dans le Rif. Les marocains, d’Al Hoceima et d’ailleurs, revendiquent des réformes dans plusieurs secteurs socio-économiques, mais ne voient depuis longtemps rien venir. Les gouvernements ont failli à accomplir cette noble et légitime mission. Celui du dernier quinquennat a grandement creusé le fossé en perdant le temps dans les spéculations et polémiques stériles au lieu de se mettre à l’ouvrage des mises en œuvre concrètes des projets de développement, notamment suite à l’instauration de la constitution 2011.  (suite…)


Wydad et Raja : Grandeur et décadence!

Alors que son éternel rival, le Raja,  vit l’une sinon la plus grave crise de son histoire le Wydad traverse  quant à lui une période faste et caracole tant sur le plan national que continental. Champion du Maroc pour la treizième fois depuis la création de la Fédération Royale Marocaine de Football et la dix- neuvième fois si l’on prend en compte ses titres sous l’occupation française, le WAC domine de la tête et des épaules le football national où il a pratiquement fait cavalier seul cette saison. (suite…)

Chargement...