Qui était Hassan Fathy ?

  • Marocains partout
  • 23 Mars 2017 - 11:00

Aujourd’hui, le moteur de recherche google rend un hommage à l’architecte égyptien Hassan Fathy. Peu connu, Hassan Fathy était le premier à avoir reçu prix Nobel alternatif en 1980 « pour le développement d’une architecture pour les pauvres ». « Comment pouvons-nous aller de l’architecte-constructeur de système vers le système architecte auto-constructeur ? Un homme ne peut pas construire une maison, mais dix hommes peuvent construire dix maisons très facilement, même une centaine de maisons. Nous devons soumettre la technologie et la science à l’économie des pauvres et des sans argent. Nous devons ajouter le facteur esthétique, avait-il dit le 9 décembre 1982 en recevant ce prix Nobel alternatif.

Diplômé de l’Ecole Polytechnique de l’Université du Caire en 1926, et bien qu’informé des théories du Mouvement moderne, Hassan Fathy cherche à s’ancrer dans les traditions pour mieux les dépasser; il utilise des anciennes techniques de constructions locales et ancestrales qu’il adapte aux contraintes modernes et aux besoins nouveaux de la vie contemporaine. Il dessine son premier bâtiment en brique de terre en 1930. En 1942, il réalise la maison Hamed Saïd à Marg près du Caire. À partir de 1946, il travaille comme professeur des Beaux-Arts, à l’université du Caire. Il construit le nouveau village de Bâriz dans une oasis près de Al-Kharga à partir de 1965.

En 1973, avec la publication de « Construire avec le peuple » – (La Bibliothèque arabe Ed. Jérôme Martineau 1970 ; 310 pages et 132 planches)-, son travail est porté à l’attention internationale. Il raconte son expérience d’architecte à Gournah. Hassan Fathy travaille de près avec les gens pour adapter ses dessins à leurs besoins. Il leur enseigne comment travailler avec les briques de boue, supervise la construction des bâtiments et encourage la reprise de techniques décoratives anciennes. À partir de 1980, il entreprend la conception du village de Dar al-Islam d’Abiquiu. Il est devenu un des architectes les plus marquants de sa génération, en Afrique, en démontrant qu’il est possible de construire pour les pauvres et enseignant aux gens à construire pour eux-mêmes.

Bien que le nouveau Gournah soit resté inachevé, en raison de la paperasserie bureaucratique et d’autres problèmes, on a dit de Hassan Fathy qu’il a produit non seulement des réponses, mais aussi l’inspiration; sa pensée, son expérience et son esprit constituent une ressource internationale importante. Il réalise ainsi près de 160 projets, non seulement en Égypte, mais aussi en Irak et au Pakistan. Le 14 mars 2010, un programme de restauration du village de New Gourna est lancé avec l’aide du Centre du Patrimoine mondial de l’UNESCO.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...