Que risque Nasser Zefzafi dont le procès débute ce lundi ?

  • Marocains partout
  • 10 Juillet 2017 - 10:12

Le procès de Nasser Zefzafi, leader de la protestation à Al Hoceima, débute ce lundi 10 juillet 2017, à Casablanca alors que les manifestations ont quasiment cessé. Interpellé fin mai après avoir interrompu le prêche d’un imam dans sa ville d’Al-Hoceima, Nasser Zefzafi doit passer en milieu de matinée devant les juges de la chambre criminelle de la cour d’appel de Casablanca. Il fait face à de lourdes charges, notamment « atteinte à la sécurité intérieure ».  Un crime puni de la réclusion de cinq à vingt ans s’il a été suivi d’un acte commis ou commencé pour en préparer l’exécution, comme le stipule l’article 201 du code pénal.

Nasser Zefzafi avait été très en vue lors des manifestations qui se sont succédé dans la ville d’Al Hoceima. Ces derniers jours, le calme est revenu dans la ville et quelques chantiers ont été relancés. Une manifestation en soutien des partisans du mouvement Hirak s’est toutefois déroulée à Rabat samedi dernier. La police l’a rapidement dispersée, expliquant que les manifestants ont refusé d’ »obtempérer » et avaient l’intention « préméditée de provoquer et d’agresser (…) les forces publiques ».

Pendant près de huit mois, la petite ville d’Al-Hoceima a vibré au rythme de manifestations rassemblant parfois des milliers de personnes, pour le développement de la région. La relance par l’Etat d’un vaste plan d’investissements et de chantiers d’infrastructures – avec des visites répétées de cohortes de ministres – n’a toutefois pas suffi à désamorcer complétement la crise.

 

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...