Home / Monde Arabe / Egypte : Du tapis rouge à la prison ?  

Egypte : Du tapis rouge à la prison ?  

Egypte« J’ai probablement fait un mauvais calcul quand j’ai choisi de porter cette robe. C’était la première fois que je le portais et je ne savais pas que cela susciterait autant de colère ». Ces mots sont de Rania Youssef qui a présenté des excuses publiques … pour une robe. Cette actrice égyptienne âgée de quarante-quatre ans les a publiés sur son compte Twitter. « Je réaffirme mon attachement aux valeurs sur lesquelles nous avons été élevés dans la société égyptienne », ajoute-t-elle dans son message, cherchant ainsi à éteindre l’embrasement provoqué quelques heures plus tôt, par quelques dizaines de centimètres de tissu noir scintillant, une tenue des grands soirs, laissant découvrir ses jambes sous une résille arachnéenne. La tenue qu’elle avait choisie de porter lors de la cérémonie de clôture du festival international du film du Caire, qui se déroulait ce 29 novembre 2018. Dans l’Egypte du président Sissi, auquel les médias officiels ont prêté allégeance, et où la liberté d’expression est entravée, les choses traitant de la femme et surtout du corps de la femme peuvent très vite prendre une tournure sérieuse. Plusieurs avocats, connus pour utiliser régulièrement les tribunaux pour exercer leur vigilance morale et conservatrice, se sont saisis du dossier en déposant des plaintes contre l’actrice. D’autres artistes, des femmes, se sont retrouvées derrière les barreaux pour les mêmes griefs officiels au cours des années précédentes. En 2015, une danseuse écope d’un an de prison ferme pour « incitation à la débauche » après avoir dansé « de manière suggestive », en robe noire moulante, dans un clip posté sur le web. En décembre 2017, Shyma, une jeune chanteuse égyptienne se retrouve condamnée à deux ans de prison pour « incitation à la débauche » en raison d’un clip, jugé particulièrement suggestif et indécent.  

(Avec Agences)

About Rédaction

Check Also

Alger

Alger maltraite ses vétérans

En Algérie, on serait tenté de croire que pour être un peu privilégié il suffirait ...