Dumping : Les sidérurgistes marocains fondront-ils ?

  • Marocains partout
  • 09 Octobre 2017 - 09:40

La clause de sauvegarde qui protège les sidérurgistes marocains arrivera à échéance fin 2018. A cet effet, l’Association des sidérurgistes du Maroc a lancé en septembre une étude afin d’en mesurer les conséquences  et déterminer la conduite à venir. Face à l’effondrement des prix de l’acier à partir de 2011, le Maroc a imposé les premiers droits additionnels à l’importation en 2013 sur les ronds à béton, le fil machine et les tôles laminées à chaud et les a prorogés en décembre 2015 pour trois ans. La production nationale de tôles laminées à froid a également été protégée depuis mai 2015 et jusqu’en 2019.

Le secteur du BTP, grand consommateur d’acier, n’est en forme ; ce qui n’arrange guère les affaires des sidérurgistes marocains. En dépit d’un « recul de 9% de la consommation nationale du rond à béton », la Sonasid, est toutefois « parvenue à renouer au premier semestre avec une performance financière positive », souligne le premier producteur marocain de rond à béton dans un communiqué financier le 30 juin dernier. Le marché marocain a été envahi par les produits venus du Portugal, de l’Espagne ou même de l’Italie. Les entreprises turques se préparent, elles aussi, à s’attaquer au marché marocain. Si les droits antidumping appliquées en 2016 doivent prendre fin en décembre 2018, les sidérurgistes espèrent avoir quelques trimestres supplémentaires. Que fera le gouvernement El Otmani ? Va-t-il prolonger les mesures antidumping ?

 

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...