Home / Maroc / Claude Senouf, l’art et la culture au service du dialogue

Claude Senouf, l’art et la culture au service du dialogue

Artiste-peintre et journaliste mais également personnalité impliquée dans le dialogue au Proche-Orient, Claude Senouf est l’un des hommes d’art et de lettres les plus en vue du pays. Tunisien, Marocain, Français mais également Israélien, le fondateur de la première radio anglophone KLOD, créée à Paris le 5 septembre 1981, s’appuie sur son identité plurielle pour animer et investir le paysage artistique et culturel marocain à travers plusieurs événements d’envergure internationale.

Claude SenoufComme dans la vie, à chacun son paradis. Et Claude Senouf a bel et bien choisi le sien depuis toujours : les arts, la culture et le dialogue pour la paix. L’ex- patron du magazine bilingue « Paris reporter» s’est impliqué dans le mouvement des radios libres en France et en Suisse, où il a créé deux stations locales. Il a monté un site Web, http://www.the-tent.org, où il commente l’actualité proche-orientale et diffuse les vidéos qu’il a réalisées avec les leaders du Proche-Orient. Il partage son temps entre Casablanca, Paris et le Moyen-Orient. Il est aussi réalisateur de documentaires télévisés et de radio, avec précisément pour spécialité le Moyen-Orient, dont il connaît les méandres palestiniens et israéliens.
En effet, Claude est une personnalité impliquée dans le dialogue et qui a œuvré pour la paix en tant que journaliste et militant.

Ses relations avec Shimon Peres qu’il a reçu chez lui lors d’une réception de 800 personnes étaient parallèles aux rencontres qu’il a pu avoir avec Yasser Arafat, Yasser Abd Rabou et Ariel Sharon. Ce dernier avait une réelle affection pour Claude. Ses relations étaient simples et modestes mais hautement significatives. Cette empreinte spirituelle l’a conduit à poursuivre toutes sortes de projets y compris une Conférence sur l’eau avec le soutien de l’entité sénatoriale.

Cette conférence aurait un potentiel de localisation à Marrakech ou à Essaouira. Il ne faut pas oublier aussi les diverses projections de films en rapport avec la thématique du dialogue à la Cinémathèque de Tel-Aviv. A ce propos, lors d’une conférence tenue en 2019 à l’Université Paris 8 à Saint-Denis, le thème « Orthodoxie et transgression»

cher à Claude Senouf et au philosophe et sociologue français George Lapassade, décédé en 2008, en prologue au Festival Gnaouas D’Essaouira et musiques du monde a été largement appréciée. Cette rencontre s’inscrivait également dans le cadre des journées intitulées « Georges Lapassade, une pensée et des pratiques pour aujourd’hui». Parmi ses projets aussi, on retient une visite au camp d’Auschwitz-Birkenau, devenu le symbole incontournable de la Shoah.
Parmi ses projets récents, on retient notamment une exposition de photographies d’un quartier de Tel-Aviv qui se nomme Florentine qui, selon Calude Senouf, serait le quartier latin de la ville. Organisée en mars 2022, sur le thème «Les chemins de traverses», cet exposition se voulait un voyage décoiffant au cœur de ce quartier, ses ambiances, son architecture, son quotidien, ses secrets…

Il y a lieu de rappeler qu’en 2014, Claude Senouf a initié le Festival de Jazz « Pianos en fête» en présence notamment de son ami André Azoulay avec qui il partage la même conception du dialogue et de la paix. trois jours durant, la Cité des Alizés a vibré aux rythmes des sonorités les plus savamment planantes à Dar Souiri : le jazz. Ce lieu mythique d’Essaouira et espace voué aux concerts intimistes a réuni, le temps d’un festival, trois grands pianistes du genre l’Américain Bobby Few, le Cubain Pity Cabrera et Alain Jean-Marie avec Morena Fattorini de Guadeloupe. Mais pas seulement. Il y a eu aussi des soirées poétiques animées par Françoise Atlan et une exposition de peinture de l’artiste-peintre Anne Gorouben.

La réussite de «Pianos en fête» a conduit Claude Senouf à organiser en 2016 sa deuxième édition à Casablanca au théâtre de la Fédération des œuvres laïques (FOL) avec Bobby Few et Françoise Atlan. Et en marge des concerts de musique, il y a eu le vernissage d’une exposition ludique d’œuvres réalisées par de jeunes Souiris, auxquelles se sont ajoutées une collection d’œuvres historiques du 17e siècle contenant des écritures de Rabbins sur zellige, une trentaine de photographies du cimetière juif d’Essaouira, une œuvre du défunt dramaturge, écrivain, calligraphe et artiste peintre, Tayeb Seddiki, et une autre de l’orientaliste Eugène Delacroix, entre autres, et une collection d’œuvres signées Claude Senouf.

Rappelons en fin que Claude Senouf est également un artiste-peintre inspiré qui figure dans la liste des artistes abstraits contemporains les plus onéreux. Lumineuses, sereines, abondantes, ses œuvres dégagent une véritable allégorie et apaisent les sens. Artiste complet aux tableaux intellectuellement très riches, Claude est surtout un artiste abstrait dont l’œuvre regorge de références historiques avec un clin d’œil à sa propre expérience de la vie et son identité plurielle.

Ayoub Akil

About Rédaction

Check Also

Festival Jazz au Chellah: jazz et blues au regard de Marouane Aouinate

En marge de la 25 e édition du Festival Jazz in Challah, prévu du 29 ...