Home / Maroc / Claude Senouf a disparu du paysage audio-visuel

Claude Senouf a disparu du paysage audio-visuel

Artiste-peintre et journaliste mais également personnalité impliquée dans le dialogue au Proche-Orient, Claude Senouf a disparu depuis quelques temps du paysage audio-visuel. Alors qu’il s’apprêtait à organiser plusieurs événements d’envergure internationale, sa disparition est-elle vraiment un mystère? S’agit-il d’un retrait de la scène ou d’un repos de guerrier? Autant de questions qui restent sans réponse.

Claude SenoufFondateur de la première radio anglophone KLOD, créée à Paris le 5 septembre 1981, et éditeur d’un magazine bilingue sur Paris « Paris reporter», Claude Senouf s’est impliqué dans le mouvement des radios libres en France et en Suisse, où il a créé deux stations locales. Il a monté un site Web, http://www.the-tent.org, où il commente l’actualité proche-orientale et diffuse les vidéos qu’il a réalisées avec les leaders du Proche-Orient. Il partage son temps entre Casablanca, Paris et le Moyen-Orient. Il est aussi réalisateur de documentaires télévisés et de radio, avec précisément pour spécialité le Moyen-Orient, dont il connaît les méandres palestiniens et israéliens. En effet, Claude est une personnalité impliquée dans le dialogue et qui a œuvré pour la paix en tant que journaliste et militant. Ses relations avec Shimon Peres qu’il a reçu chez lui lors d’une réception de 800 personnes étaient parallèles aux rencontres qu’il a pu avoir avec Yasser Arafat, Yasser Abd Rabou et Ariel Sharon. Ce dernier avait une réelle affection pour Claude. Ses relations étaient simples et modestes mais hautement significatives. « Nous avons vécu ensemble au Maroc sans souci d’exclusion ou de discrimination. Conviés aussi bien pour la Mimouna que pour l’Aïd», affirme Claude Senouf. Cette empreinte spirituelle l’a conduit à poursuivre toutes sortes de projets y compris une Conférence sur l’eau avec le soutien de l’entité sénatoriale.

Cette conférence aurait un potentiel de localisation à Marrakech ou à Essaouira. Il ne faut pas oublier aussi les diverses projections de films en rapport avec la thématique du dialogue à la Cinémathèque de Tel-Aviv. A ce propos, lors d’une conférence tenue en 2019 à l’Université Paris 8 à Saint-Denis, le thème « Orthodoxie et transgression» cher à Claude Senouf et au philosophe et sociologue français George Lapassade, décédé en 2008, en prologue au Festival Gnaouas D’Essaouira et musiques du monde a été largement appréciée. Cette rencontre s’inscrivait également dans le cadre des journées intitulées « Georges Lapassade, une pensée et des pratiques pour aujourd’hui», organisées par le Centre de recherche interuniversitaire Expérience Ressources Culturelles Éducation (EA 3971) et l’Université Paris 8 Saint-Denis. Parmi ses projets aussi, on retient une visite au camp d’Auschwitz-Birkenau, devenu le symbole incontournable de la Shoah.
Il y a aussi une exposition de photographies consacrées au cimetière juif d’Essaouira que Claude Senouf projette d’organiser. «Il ne s’agit pas d’une démarche religieuse mais plutôt du grand sentiment de spiritualité qui naît de la conjugaison de l’ensemble des tombes et de leur ancienneté et l’incroyable et sublime présence de l’Atlantique avec ses états d’âmes : l’infini, le calme et le tumulte, la sensualité qui réveille les morts et l’histoire et la conjugaison des identités», explique-t-il à ce propos.
Parmi ses futurs projets, on retient notamment une exposition de photographies d’un quartier de Tel-Aviv qui se nomme Florentine. « Je dirais que ce serait le quartier latin de la ville. En tous cas, c’est qu’il était il y a une vingtaine d’années. Le charme se mêlait à l’art de vivre, les artisans animaient les lieux jusqu’aux ateliers de Zellige et de Taddalakte, les pâtisseries trônaient le vendredi où une foule bigarrée se pressait au comptoir pour adoucir leur Shabbat.Les lieux d’exposition n’étaient pas du reste. Et la porte des galeries restait ouverte parfois même sept jours par semaine.

Sans effectuer un travail ethnographique, j’ai eu envie de témoigner de façon aimante. Ce qui n’est pas un témoignage mais une sensation forte», poursuit-il.
Rappelons en fin que Claude Senouf est également un artiste-peintre inspiré qui figure dans la liste des artistes abstraits contemporains les plus onéreux. Lumineuses, sereines, abondantes, ses œuvres dégagent une véritable allégorie et apaisent les sens. Artiste complet aux tableaux intellectuellement très riches, Claude est surtout un artiste abstrait dont l’œuvre regorge de références historiques avec un clin d’œil à sa propre expérience de la vie et son identité plurielle. Il y a une sorte d’affinité spirituelle profonde avec son vécu notamment la culture amazighe. C’est une approche symbolique inédite qui rend un hommage sans cesse vivant au savoir-faire moderne et qui met en valeur la profondeur du lieu d’appartenance. Ses tableaux, denses mélanges de traits effacés, d’angles chimériques, de formes et de couleurs, s’annoncent comme une nouvelle fenêtre de l’art contemporain made in Morocco.

Ayoub Akil 

About Rédaction

Check Also

Marc Wilmots

Le Raja présente Marc Wilmots, le nouvel entraîneur

Anis Mahfoud entouré des membres de son comité a présenté, mercredi 10 novembre 2021, au ...