Banques & Finances

CFG Bank, une banque qui snobe les MRE

CFG Bank, une banque qui snobe les MRE
  • Marocains partout
  • 04 Juillet 2017 - 13:21
  • Rachid Abbar

FOCUS – Depuis sa création, CFG Bank n’a cessé de changer de concept, sans jamais trouver le bon filon. Aujourd’hui, elle se veut une banque «premium», mais pour tout le monde sauf les Marocains résidant à l’étranger.

Au moment de l’absorption de ses deux filiales Dar Tawfir et Casa¬blanca Finance Market (CFM) en 2012, CFG Group voulait surtout créer une banque d’affaires. «Nous n’avons pas l’intention de changer de business modèle et de devenir une banque commerciale de détail! Nous resterons toujours une banque d’affaires», expliquait alors Youness Benjelloun qui fut administrateur et directeur général de CFG. Le terme «banque commerciale» semblait gêner ses deux fondateurs qui sont Amyn Alami et Adil Douir, eux, qui voyaient en CFG une institution financière dédiée à une clientèle haut de gamme. Un modèle qui, parait-il, n’a pas fonctionné comme ils le souhaitaient. CFG n’a visible¬ment pas su séduire ces clients fortunés tant convoités. En 2015, c’est Adil Douiri en personne qui prend les commandes de CFG Group qui devient CFG Bank. Il n’est plus question de banque d’affaires, mais désormais d’une banque universelle, annonce en grande pompe l’ancien ministre du tourisme. Même en devenant une banque commerciale, CFG Bank gardera son caractère élit¬iste. Adil Douiri ne cessera de répéter à qui veut l’entendre que CFG Bank est une banque «premium» contrairement aux autres.

Une stratégie qui n’a apparemment pas réussie dans un marché saturé où la concur¬rence est très rude. Même les grandes banques comme BMCE Bank ou encore CIH se doivent aujourd’hui d’innover afin de gagner de nouveaux parts de marché. Au bout d’un moment, Adil Douiri a dû finalement rectifier le tir en affirmant que «ce sont les services de CFG Bank qui sont premium et non la clientèle». «Tout le monde peut devenir client de CFG Bank», dit-il aujourd’hui. Afin de se démarquer, les dirigeants de cette banque – que certains médias qualifient tendrement d’«hybride» – mettent en avant les services en ligne. «CFG Bank table sur la technologie permettant la mise en place de prestations en ligne au meilleur standard adossée à un service multicanal performant», clament-ils haut et fort.

Avec un tout petit réseau de six agences, CFG Bank pourrait s’apparenter à une ban¬que en ligne. Sauf que cette désignation irrite au plus haut point Adil Douiri qui ne manque pas de corriger à chaque fois que l’occasion se présente : «CFG Bank n’est pas une ban¬que en ligne». Actuellement, CFG Bank of¬fre toute une gamme de produits bancaires : des crédits à la consommation jusqu’aux crédits immobiliers. Elle se veut plus flexible, plus réactive et surtout plus accessible. Les dirigeants de CFG Bank semblent vouloir ratisser large afin de toucher tous les Marocains. Enfin, les Marocains installés au Maroc et non à l’étranger. Sur ce point, le service Com’ de CFG Bank est catégorique. «Nous ne ciblons pas les MRE», nous ont-ils dit. Pourtant, toutes les banques prévoient des produits pour les Marocains d’ailleurs. A CFG, il n’y a pas de compte chèques MRE, ni encore moins de service dédié à ceux qui veulent investir ou épargner au Maroc. Pourquoi une si jeune banque qu’est CFG s’offrirait-elle le luxe de snober les MRE, une catégorie à fort potentiel ? La personne en charge de la communication nous dit claire¬ment que rien n’est prévu dans le plan de développement en ce sens. Il s’agit d’une certitude. «On est en phase de construction, tout est encore flou», nous glisse-t-on. «Flou», un mot qui veut tout dire. Depuis sa création, CFG Bank n’a cessé de changer de concept, sans jamais trouver le bon filon. A défaut d’une stratégie efficace et d’une vision à long terme, CFG Bank finira-t-elle comme une banque sans… intérêt ?

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...