Home / Monde Arabe / Carthage sous le charme du film Sofia 

Carthage sous le charme du film Sofia 

film Sofia
Sarah Perles, Hamza Khafif et Sara Elmhamdi, vedettes du film « Sofia ».

Cinéma – Le film Sofia de la réalisatrice marocaine, Meriem Ben M’barek, a raflé trois prix lors de la 29e édition des Journées Cinématographiques de Carthage, clôturée samedi dernier au Théâtre de l’Opéra à la cité de la culture de Tunis. Il s’agit des Prix TV5 Monde et Taher Cheriaa lors de la compétition première œuvre et d’une mention spéciale lors de la compétition officielle des longs métrages fiction Outre « Sofia », deux autres productions marocaines étaient inscrites en compétition officielle des Journées Cinématographiques de Carthage, en l’occurrence « Laaziza » du réalisateur Mohcine Basri (long-métrages de fiction) et « We Could Be Heroes » de la réalisatrice marocaine Hind Bensari qui a concouru dans la catégorie des longs-métrages de la compétition officielle des films Documentaires. A cette occasion, les membres du jury, qui ont visionné sept films dont 4 documentaires, ont salué la qualité du long-métrage de Meriem Ben M’barek. « Le film auquel nous avons décidé de lui accorder à l’unanimité le prix de première œuvre, le prix Taher Cheriaa et le prix TV5 monde nous a convaincu pour ses excellentes qualités et sa créativité cinématographique », ont-ils précisé. En fait, ce film décrit avec beaucoup de finesse et de justesse un personnage qui se débat dans notre société où la l’arbitraire transforme souvent la victime en coupable, ont-t-il précisé. Ce film, sorti en septembre 2018, avait reçu le Prix du meilleur scénario à Cannes dans la section « Un Certain Regard », le prix Le Valois du scénario du Festival Francophone d’Angoulême et a été nominé 8 fois. Il relate l’histoire de Sofia, 20 ans, qui vit avec ses parents à Casablanca. Suite à un déni de grossesse, elle se retrouve dans l’illégalité en accouchant d’un bébé hors mariage. Ce personnage éponyme (jouée par Maha Alami), avec l’aide de sa cousine Lena (Sarah Perles), part à la recherche du père de son enfant, afin d’éviter que l’hôpital où elle a accouché n’alerte les autorités. Quelque 44 films de fiction et documentaires, entre courts et longs-métrages, étaient en compétition officielle des Journées Cinématographiques de Carthage (JCC) 2018. 

 

About Rédaction

Check Also

Alger

Alger maltraite ses vétérans

En Algérie, on serait tenté de croire que pour être un peu privilégié il suffirait ...