Croissance

Le Banque Mondiale optimiste concernant le Maroc

Le Banque Mondiale optimiste concernant le Maroc
  • Marocains partout
  • 13 Janvier 2017 - 16:55

Dans son dernier rapport, la Banque Mondiale prévoit une croissance de 4% en 2017 pour le Maroc, bien au-dessus des 1,5% de 2016. Une tendance qui devrait se stabiliser. Les prévisions de croissance pour les années 2018 et 2019 sont respectivement de 3,6 et 3,5%. En 2016, le Maroc avait en effet subi un important ralentissement économique suite à la mauvaise saison agricole. La Banque Mondiale considère que 2017 devrait apporter au pays de meilleurs revenus provenant de son agriculture. 2017 devrait permettre une croissance bien plus importante. Une prévision qui reste légèrement moins optimiste que celle du Fonds monétaire international (FMI). Le FMI a annoncé dans un rapport publié le 4 octobre que la croissance marocaine devrait être de 4,8% en 2017. Un taux proche de celui enregistré en 2015, et largement supérieur à celui que devrait connaitre le pays en 2016.

Légère hausse

En ce qui concerne les pays voisins, la Tunisie devrait connaitre également une légère hausse de sa croissance en 2017, passant de 2 à 3%. L’Algérie, de son coté, devrait observer une baisse de sa croissance économique passant de 3,6 à 2,9%. « La croissance dans la région devrait légèrement augmenter pour atteindre 3,1 %, les importateurs de pétrole enregistrant la progression la plus importante. Parmi les pays exportateurs de pétrole, l’Arabie Saoudite devrait croître légèrement au rythme de 1,6 % en 2017, la République islamique d’Iran affichant une croissance de 5,2 %, à la faveur de la poursuite de l’augmentation de sa production pétrolière et de l’expansion des investissements étrangers. Ces prévisions tablent sur une hausse des prix pétroliers, avec un baril à 55 dollars en moyenne cette année ».

Accélération modeste

La croissance économique mondiale devrait s’accélérer modestement pour atteindre 2,7 % en 2017 après le creux de l’après-crise, l’an passé, grâce à la diminution des obstacles à l’activité dans les marchés émergents et les économies en développement qui sont des exportateurs de produits de base, et à une demande restant robuste dans les pays importateurs, estime le rapport de la Banque mondiale. Le président de l’organisme, Jim Yong Kim, s’est montré plus optimiste. « Après des années de croissance mondiale décevante, il est encourageant de voir s’ouvrir des perspectives économiques plus solides à l’horizon », a-t-il dit. Avant de poursuivre que « le moment est venu de tirer parti de cette dynamique et d’accroître les investissements dans les infrastructures et les populations. L’accélération de la croissance durable et inclusive qui est nécessaire pour mettre fin à l’extrême pauvreté passe par là ».

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...