Quel avenir pour l’industrie automobile au Maroc ?

  • Marocains partout
  • 06 Octobre 2017 - 08:27

Le Maroc ambitionne de devenir l’un des acteurs mondiaux incontournables de l’industrie automobile, eu égard à ses potentiels immenses et les résultats remarquables qu’il a su réaliser, a affirmé, mercredi 4 octobre 2017 à Tanger, le ministre de l’Industrie, de l’investissement, du commerce et de l’économie numérique, Moulay Hafid Elalamy. C’était lors d’une rencontre sous le thème « Agir pour le développement des écosystèmes automobiles », organisée par le Groupe BCP, en collaboration avec l’Association marocaine pour l’industrie et le commerce de l’automobile (AMICA) et la Fédération des industries des équipements pour véhicules (FIEV).  M. Elalamy a assuré que le Maroc aspire à devenir l’un des constructeurs automobiles incontournables de la planète et est ainsi déterminé à faire de l’industrie automobile un moteur de croissance de son économie, à travers la fixation de trois objectifs à l’horizon 2020. Il s’agit d’installer une capacité de production d’un million d’unités de véhicules au Maroc, a expliqué le ministre, notant qu’une capacité de 650.000 unités a été déjà mise en place avec les deux constructeurs automobiles Renault et PSA, et son département travaille d’arrache-pied pour installer de nouvelles usines de construction automobile.

Dans ce cadre, le ministre a mis en avant le développement en cours d’une offre dédiée aux JV, complétée par celle des banques. A cet effet, la BCP a renforcé son dispositif d’accompagnement des écosystèmes automobiles par la mise en place de nouveaux outils, comme le leasing en devises et le financement des JV. Pour sa part, le président du Groupe BCP, Mohamed Benchaaboun, a affirmé la volonté de son institution de contribuer à la dynamique engagée en faveur la création de l’emploi, de l’intégration locale et de la montée en valeur ajoutée de l’industrie marocaine, et ce particulièrement en accompagnant la PME marocaine, afin de lui permettre de relever les différents défis. Cette rencontre, a-t-il indiqué, vise à annoncer les engagements de l’AMICA, de la FIEV et du Groupe banque populaire et à donner le coup d’envoi d’une nouvelle initiative importante en faveur du développement des entreprises et de l’investissement dans le secteur automobile au Maroc, notant que de nombreuses entreprises, majoritairement des PME venues de six régions du Maroc, ont manifesté de l’intérêt pour mieux comprendre, apprécier la teneur des possibilités de croissance qui sont offertes par les écosystèmes automobiles, et tisser des partenariats d’affaires.

De son côté, le président de l’Association marocaine pour l’industrie et le commerce de l’automobile (AMICA), Hakim Abdelmoumen, a souligné que cette rencontre d’information et de networking vise à permettre aux entreprises de prendre connaissance des opportunités d’investissement offertes par le secteur et rencontrer les donneurs d’ordres pour nouer des partenariats multiformes et créer de JV entre les entreprises marocaines et leurs homologues étrangères. « La plateforme automobile marocaine n’est plus à défendre, mais les résultats sont là et les opportunités ne manquent pas pour se lancer dans ce secteur porteur», a dit Hakim Abdelmoumen. Cette rencontre, marquée par la participation de plusieurs personnalités internationales de l’univers automobile, notamment les constructeurs, les équipementiers et les sous-traitants, a été ponctuée de débats autour des opportunités pour les investisseurs dans le secteur de l’automobile au Maroc, et du dispositif et des mécanismes d’accompagnement des opérateurs marocains souhaitant investir dans le secteur automobile, outre des rencontres business entre les opérateurs marocains et leurs homologues étrangers.

 

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Chargement...