Home / Maroc / Au Maroc, le marché immobilier en convalescence

Au Maroc, le marché immobilier en convalescence

Alors que le marché immobilier a donné ces dernières années des signes de fléchissement, voire de crise, surtout à Casablanca ou encore Marrakech, il semble avoir repris de la vigueur en 2017. C’est ce qui ressort des chiffres, récemment publiés dans un rapport de Bank Al-Maghrib et l’Agence nationale de la conservation foncière, du cadastre et de la cartographie (ANCFCC). Ainsi, les prix des actifs immobiliers se sont quasiment stabilisés, tandis que le nombre de transactions a enregistré une baisse de 2,3% durant le premier trimestre 2018. Les prix des biens résidentiels ont augmenté de 0,2%, ceux des terrains ont diminué de 1,1%, alors que les biens à usage professionnel se sont quasiment stabilisés, lit-on sur ce rapport qui retrace la tendance du marché immobilier au cours du 1er trimestre 2018.

Les ventes de biens résidentiels ont régressé de 3,3% et les terrains de 4,9% au moment où les actifs à usage professionnel ont augmenté de 13,8%. En glissement annuel, les prix des actifs immobiliers ont reculé de 0,4% reflétant des baisses de 0,7% pour le résidentiel, de 0,3% pour le foncier et de 0,5% pour les biens professionnels. Les transactions ont progressé de 1,5%, avec des accroissements de 16,1% pour les terrains et de 6,2% pour les biens à usage professionnel. En revanche, les ventes des biens résidentiels ont reculé de 3%. Durant le premier trimestre 2018, l’Indice des prix des actifs Immobiliers (IPAI) a affiché des évolutions différenciées dans les principales villes. Les baisses ont varié de 0,9% à Meknès à 6,6% à Marrakech, les hausses de 0,4% à Fès à 2% à Agadir. Quant aux transactions, des progressions des ventes ont oscillé de 5,4% à Kenitra à 60% à Tanger et des replis de 2% à Meknès à 39,9% à Marrakech.

About Rédaction

Check Also

Khalil Hachimi

Khalil Hachimi autopsie le 20 février

LIVRE – «Le Maroc face au printemps arabe, chronique du mouvement du 20 février 2011», ...