Home / Europe / A 80 à l’heure, les Français doivent lever le pied  

A 80 à l’heure, les Français doivent lever le pied  

80 à l’heureAlors que se profilent les grands départs estivaux, les automobilistes français et étrangers vont devoir lever le pied. La vitesse maximale autorisée est abaissée sur toutes les routes à double sens, à une voie chacune, sans séparateur central (barrière, terre plein…), soit 40 % du réseau routier français. Depuis l’annonce le 9 janvier, associations d’automobilistes et de motards ont multiplié les manifestations et pétitions face à une mesure « inutile » et « politique », selon Pierre Chasseray, délégué général de 40 millions d’automobilistes. Parlementaires et élus locaux de tous bords se sont insurgés contre cette disposition qui pénalise selon eux les régions rurales, où se trouvent l’essentiel des routes concernées. En vain. L’exécutif est resté intransigeant, emmené par le Premier ministre Edouard Philippe qui s’est toujours dit « prêt à assumer l’impopularité » de la mesure. En dépit des spots et campagnes médiatiques déployés ces dernières semaines, 74 % des Français s’y déclaraient opposés dans un sondage mardi. « L’objectif, ça n’est pas d’emmerder le monde. L’objectif, c’est de faire en sorte qu’il y ait moins de morts et moins de blessés graves », a martelé Edouard Philippe vendredi, rappelant le « coût humain terrifiant » des accidents de la route qui ont fait 3.684 morts et 76.840 blessés en 2017.

Selon le gouvernement, baisser la vitesse de 10 km/h permettra de sauver jusqu’à 400 vies par an, et ainsi d’inverser durablement la courbe de la mortalité routière qui, après avoir atteint un plus-bas historique en 2013, a connu un inquiétant rebond entre 2014 et 2016. Des élus, de zones rurales notamment, dénoncent une mesure « parisianiste » faite au détriment des campagnes qui ont déjà le sentiment d’être isolées et délaissées. Au sein même du gouvernement, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb et le ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard n’ont pas caché leur réserve. Depuis la publication du décret le 17 juin, la grande majorité des élus locaux se sont toutefois pliés -même a minima- à leurs obligations et ont fait installer des panneaux signalant la nouvelle limitation de vitesse.

Quelques-uns rechignent toutefois, notamment en Indre-et-Loire et en Creuse, où la présidente (LR) du conseil départemental Valérie Simonet a annoncé qu’elle ne mettrait aucun moyen « ni financier, ni technique, ni humain » pour cette réforme. « Ces rares élus se mettent en marge de la légalité, ce qui est gênant pour une autorité publique. Ne pas donner les bonnes indications, c’est faire prendre aux automobilistes le risque d’une amende ou pire, d’un accident », déplore le délégué interministériel à la Sécurité routière, Emmanuel Barbe.

(Avec AFP)

 

About Rédaction

Check Also

Suisse

La Suisse veut interdire la bi-nationalité au foot

Si le projet proposé par le secrétaire général de l’Association suisse de football (ASF) Alex ...